Les perspectives économiques en Hautsde-France vues par les chefs d’entreprises

Publié dans le numéro 3665 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La Banque de France et la CCI de région ont mené deux études distinctes sur le bilan économique 2016 et les perspectives 2017. Des travaux différents mais complémentaires qui permettent de dessiner une légère amélioration du contexte économique régional.

Odile Frances et Sylvie Duchassaing ont présenté le résultat de leurs enquêtes sur l’ensemble du territoire. Début mars, elles étaient à Amiens

À la Banque de France, nous nous sommes appuyés sur les chiffres des réalisations de l’année écoulée, pas sur des opinions », explique Odile Frances, directrice régionale de la Banque de France. Après une année 2015 difficile mais marquée par une légère reprise de l’activité au niveau mondial et national, le contexte économique a poursuivi son embellie en 2016. « Dans la zone euro, la reprise existe, mais elle demeure progressive. L’Allemagne, qui avait connu la plus forte baisse d’activité pendant la crise de 2008, connaît aujourd’hui la plus forte hausse, contrairement à la France », note Odile Frances. Si dans l’Hexagone les banques prêtent – et cela au-dessus de la moyenne européenne –, la croissance reste au ralenti.

Un climat plus positif

Réalisée pour la deuxième année consé- cutive auprès de 2 200 entités économiques, l’enquête de la Banque de France a mis en avant une progression régulière du climat des affaires entre janvier 2016 et janvier 2017. « Globalement, la tendance est favorable pour le chiffre d’affaires et les carnets de commandes sont satisfaisants. D’ailleurs, les capacités de production ont augmenté de 1,5% en 2016. Par contre, le niveau des stocks est toujours faible », note Odile Frances. Sur des secteurs clés comme l’industrie, les services marchands et la construction, l’atmosphère n’est pas la même. Pour l’industrie, secteur en redressement (+0,3% en 2016), les perspectives 2017 promettent de bonnes surprises (+3,7% attendu) avec des répercussions sur l’emploi. Idem pour les services marchands (+3,6% en 2016), où la bonne dynamique est confirmée avec une projection 2017 encourageante (+2,2% sur l’activité et +2,9% d’emplois attendus). La construction risque, elle, de connaître une nouvelle année difficile. « S’il y a une légère reprise de l’investissement et que l’on envisage une progression de l’activité, la rentabilité reste tendue et l’emploi demeure fragile », souligne Odile Frances.

Des chefs d’entreprises

Menée entre novembre et décembre 2016 auprès de 4 000 chefs d’entreprises, l’enquête de la CCI de région a permis de démontrer que les dirigeants étaient « globalement satisfaits » de l’année 2016 : « 34% des entreprises ont rencontré des difficultés contre 48% en 2015 », explique Sylvie Duchassaing, directrice des études au sein de la CCI Hauts-de-France. Celles-ci portent majoritairement sur le délai de paiement, les impayés, mais aussi une difficulté de recrutement régulière. « Il y a une véritable inadéquation entre l’offre et la demande alors que la région affiche un taux de chômage de 12% », rappelle-t-elle. Si le territoire a perdu près de 70 000 emplois depuis 2006, pour la première fois en 2016 le solde est passé en positif (+6 600). Cette embellie promet de se poursuivre en 2017, puisque la région affiche 22 700 projets de recrutement et que les dirigeants se disent de plus en plus confiants. « Il y a une normalisation de l’activité économique, la croissance est faible, mais elle est installée. Il reste cependant une véritable incertitude sur l’avenir proche, causé notamment par la prochaine élection présidentielle », conclut Sylvie Duchassaing.