L’Apec annonce ses prévisions pour 2017

Publié dans le numéro 3664 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

L’Apec a dévoilé ses prévisions 2017 dans les Hauts-de-France : environ 13 330 recrutements d’emplois cadres sont prévus. La conférence animée par Christine Badier, responsable du centre Apec d’Amiens et de Compiègne, accompagnée de Didier Dernoncourt, président du Comité paritaire régional Picardie, a permis d’énoncer le bilan de 2016 et d’annoncer les tendances futures.

Onze mille entreprises nationales ont été interviewées entre octobre et décembre, ce qui équivaut en région des Hauts-de-France à 913 entreprises sondées », explique Christine Badier. L’Apec est une association avec un mandat de service public. « L’une de nos missions est d’accompagner les jeunes dans leurs recherches du premier emploi, mais aussi les cadres en transition : il y a près de 50% des cadres en exercice qui nous consultent », détaille Christine Badier. L’Apec des Hautsde-France se place en 3e position, après l’Île-de-France et l’AuvergneRhône-Alpes, en termes de nombre de recrutements, de postes pourvus et de promotions au statut de cadre. La région se situe en 4e position dans la création nette d’emplois cadres. « Nous sommes sur un taux d’encadrement en hausse dans les Hautsde-France, avec 17% contre 26% en Île-de-France », observe Christine Badier.

2017, une année optimiste « L’année 2017 sera une année positive en France et dans les Hauts-deFrance pour le marché de l’emploi des cadres », selon l’enquête de l’association. L’Apec prévoit, en effet, entre 12 690 à 13 970 embauches destinées aux cadres sur l’ensemble de l’année dans la région, soit une progression comprise entre -1% et +10% par rapport à 2016. « Les prévisions sont soumises aux aléas de la vie politique comme le Brexit, les élections présidentielles… », rappelle la responsable. Les entreprises sont cependant optimistes pour l’année en cours. « Nous le constatons via les offres d’emplois publiées, mais aussi auprès des jeunes que nous suivons et qui trouvent du travail. Les entreprises sont confiantes, cela rejoint la tendance nationale. »

Un profil régional « La promotion interne, c’est-à-dire le fait de devenir cadre au sein de son entreprise, prédomine dans les Hauts-de-France », assure la responsable. Les promotions peuvent s’expliquer par le besoin de fidéliser les salariés, car la région souffre d’un manque d’attractivité. Sauf pour la métropole lilloise, « alors même qu’Amiens a mis en place un service d’accueil très performant », note Christine Badier. Garder et attirer les salariés représente un enjeu territorial. Certains profils sont plus recherchés que d’autres. « Comme pour l’année 2016, ce sont les cadres possédant entre un et dix ans d’expérience qui sont davantage recherchés », souligne Christine Badier. Ils devraient représenter plus de la moitié des embauches en 2017. Les débutants ayant moins d’un an d’expérience auraient davantage d’opportunités de trouver un emploi, avec une augmentation significative de 8% comparé à 2016, pour un total de 18% du marché en 2017. Les cadres plus expérimentés ne représenteront, eux, que 15% des recrutements. « C’est intéressant de le noter. Selon l’enquête de 2016, nous constatons que cette catégorie dite « senior » a surpassé les prévisions, nous travaillons beaucoup sur leur accompagnement », affirme Christine Badier. Les secteurs des services et du commerce représentent 58% et 19% des recrutements dans la région. Commercial, marketing sont les secteurs où les cadres seront les plus recherchés ; ils représentent 20% et 15% du marché de l’embauche et « ces domaines sont portés par Lille », constate la responsable. La fonction de recherche et d’étude est elle aussi toujours à la hausse avec 15%, suivie par le domaine des services (19%) avec un emploi sur deux. Les sociétés d’ingénierie dominent dans la région, avec l’industrie qui se maintient à 18%, représentant un emploi sur cinq.

Bilan 2016 12 830 recrutements ont été réalisés et 3 540 nouveaux postes cadres ont été créés, ce qui représente une baisse de 3% par rapport à 2015. Des secteurs dynamiques tels que les services et l’industrie ont marqué un score plus performant que l’an dernier, représentant respectivement 59% et 19% des recrutements de cadres dans la région. De plus, trois domaines ont concentré près de 50% des embauches : avec 17% pour le commercial, 17% pour l’informatique et 14% dans le développement d’étude et de recherche. Concernant les profils recherchés, les entreprises se sont davantage tournées qu’en 2015 vers les salariés débutants. Mais la dominance reste marquée par celle des cadres ayant une expérience professionnelle entre six et dix ans. Enfin, les promotions dites internes ont progressé de 29% par rapport à l’année 2015, « le niveau national étant de 10% », constate Christine Badier. Globalement les entreprises des Hauts-de-France sont optimistes. Le département du Nord est plus confiant par rapport à la Picardie, contrairement aux tendances de 2016. L’Oise, l’Aisne sont confiantes quant à l’augmentation des effectifs des cadres, tandis que la Somme n’est pas très optimiste sur ce point. Mais « les gens peuvent aussi être pessimistes à cause de la perte du statut de capitale régionale d’Amiens », note Didier Dernoncourt.