Un pôle qui rassemble les trois grandes agglomérations de l’Oise

Publié dans le numéro 3653 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Au cours d’une conférence de presse en mairie de Compiègne, Caroline Cayeux, sénateur de l’Oise, maire de Beauvais, présidente de la communauté d’agglomération de Beauvais (CAB), Philippe Marini, maire de Compiègne, président de l’agglomération de la région de Compiègne, et Jean-Claude Villemain, maire de Creil et président de la communauté de l’agglomération creilloise (CAC) ont présenté le projet de pôle métropolitain de l’Oise. Il regroupera les agglomérations de Beauvais, Compiègne et Creil et portera l’ambition d’être un territoire d’innovation et d’industrie.

Ce pôle métropolitain de l’Oise doit être officialisé en 2018, mais il s’agit d’ores et déjà de prendre date visà-vis de la région », précise Caroline Cayeux. Ce projet s’inscrit dans une problématique régionale car la fusion des deux régions Picardie et Nord-Pas-de-Calais au profit des Hauts-de-France modifie en profondeur la relation des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à l’exécutif régional. Un pôle métropolitain est un établissement public constitué par accord entre des EPCI à fiscalité propre ; il a pour objectif notamment d’améliorer la compétitivité et l’attractivité de son territoire, ainsi que l’aménagement du territoire infra-départemental et infrarégional. « C’est une démarche collective pour travailler dans l’intérêt des habitants, avec le concours des administrations respectives en ayant plus de poids », ajoute Philippe Marini.

Des liens renforcés face à la région

« Il n’existe pas dans le département de métropole au sens stricte du terme », poursuit la maire de Beauvais. Or suite à la création de la grande région, son président Xavier Bertrand, veut mettre en œuvre le Schéma régional de développement économique d’innovation et d’internationalisation (SRDEII), ainsi que le Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité du territoire (SRADDET). Ces dispositifs sont fondés sur une nouvelle culture de partenariat territorial au service des projets du territoire. C’est pourquoi, la région consacre notamment un fonds d’appui de 135 millions d’euros destiné aux pôles métropolitains et grands espaces. Le pôle métropolitain de l’Oise, 260 000 habitants, poursuit donc des réflexions dans des domaines prioritaires et complémentaires aux trois territoires urbains : développement économique ou aménagements des espaces. Il s’appuie sur l’agence d’urbanisme et de développement de la Vallée de l’Oise.

Différents atouts

« L’attractivité économique de ce pôle repose sur plusieurs atouts », précise Jean-Claude Villemain : – La position stratégique de son territoire à la porte de la région parisienne et aux croisements des flux nationaux et européens, confortés par la réalisation du futur canal Seine Nord Europe ou la liaison ferroviaire PicardieRoissy. – Deux aéroports internationaux : Beauvais-Tillé sur le territoire du pôle et Roissy-Charles de Gaulle, accessible en moins d’ une heure de tout point. – Une offre de haut niveau en terme d’enseignement supérieur, de recherche centrée sur la technologie et son transfert avec l’Université de Technologie de Compiègne (UTC, UniLaSalle Beauvais, Ineris, Cetim, Pivert, etc… – Un cadre de vie attractif pour les actifs.

Quatre orientations stratégiques

L’accompagnement des mutations industrielles, garantit l’employabilité et la formation des personnes vers les nouveaux métiers et notamment vers la transformation numérique. Des projets d’aménagements d’espaces de coworking pourraient voir le jour à proximité des gares. Il s’agit aussi de soutenir la reconversion, souvent complexe, des friches industrielles comme les sites Goss, Continental et la base aérienne de Creil. Les entreprises et leurs salariés doivent pouvoir disposer d’un environnement favorable avec des offres foncière et immobilière attractives, des zones d’activités et des infrastructures multimodales : aménagement de la ZAC de BeauvaisTillé, réaménagement du quartier de la gare de Compiègne, pôle multimodal de la gare de Creil, poursuite de l’aménagement du port fluvial de Longueil-SainteMarie… Le pôle prévoit en outre de soutenir l’innovation et le développement de nouvelles filières économiques avec le développement de pôles d’innovations agricoles. Ou un dispositif performant d’incubation afin de fixer les entreprises innovantes sur le territoire. Enfin, il est important de promouvoir cette activité économique par une démarche commune de marketing territorial portant sur l’image et le savoir-faire. La requalification de l’entrée sud de Compiègne ou l’aménagement des quartiers des gares sont à soigner car ce sont les vitrines du territoire.