L’union des bâtonniers des Hauts-de-France

Publié dans le numéro 3653 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Avocats et bâtonniers de la région se sont réunis le 13 décembre à l’occasion de la signature des statuts de la Conférence régionale des bâtonniers des Hauts-deFrance. Cet événement qui s’est déroulé à la salle Dawailly à Amiens, a rassemblé un grand nombre de personnes.

La signature de la conférence va permettre de mutualiser bon nombre de moyens, mais aussi, le cas échéant, de résister plus rapidement, plus efficacement et de mettre au point des outils qui peuvent être intéressants sur une plus grande échelle », explique Dorothée Fayein-Bourgois, membre du conseil de l’ordre et avocat à Amiens. Elle ajoute : « Fondamentalement, les lois à l’exercice de la profession d’avocat réservent relativement peu de pouvoir aux forces régionales, c’est donc un événement fort symbolique, ce qui explique un concentré très important de bâtonniers des Hauts-de-France présents ce soir. » La conférence a été dirigée par les différents bâtonniers des régions. Guy Delomez, président de la conférence régionale des bâtonniers de la région Nord-pas-de-Calais, Xavier Peres, président de la conférence régionale des bâtonniers de Picardie. Le président de la conférence des bâtonniers, qui représente l’ensemble des barreaux de France à l’exception du barreau de Paris, Yves Mahiu, et le bâtonnier Gonzague de Limerville, batônnier de l’ordre des avocats du barreau d’Amiens. Tous ont exprimé leur satisfaction à l’égard de cette union et l’importance de l’existence des bâtonniers.

Un rôle fédérateur « Nous sommes, maintenant, une grande région, avec deux Cours d’appel (…) ce n’est pas une fusion, c’est une union sans considérer les grands, les petits, les moyens… », a rappelé Guy Delomez. Il a énoncé la place importante de l’ordinalité qui « avant tout réunie, c’est dans l’ordinalité que nous avons conscience de notre profession, de notre mission d’assurer la pérennité (…) Les conférences régionales sont des lieux privilégiés où les bâtonniers se rencontrent pour discuter des questions qui intéressent la profession, d’échanger leurs idées, d’agir, de réfléchir et d’anticiper. » Il a terminé son discours en exprimant sa gratitude « d’avoir oeuvré positivement dans la création de cette structure, qui a maintenant, une correspondance sur le plan national qui permet à la Picardie d’avoir sa place. » Xavier Peres a souligné « les liens d’amitié qui unissent les uns aux autres, permettant de bien travailler et de se respecter. » Il a ajouté : « C’est un grand bonheur pour nous, les conférences ont un rôle fédérateur, se sont des outils qui en aucun cas portent atteinte à l’indépendance des autres.» Il a évoqué les différents enjeux des élections qui se dérouleront durant l’année 2017 : en janvier, la première élection de la conférence, s’en suivront en mai les élections présidentielles, puis en juin, les élections législatives et en novembre, les élections de la CNB. De son côté, Yves Mahiu a rappelé la « volonté de créer une conférence régionale forte, nécessaire pour l’avenir des ordres et des confrères. » Il a expliqué que « le rôle de la conférence est une interface entre la conférence nationale et les ordres. Cela me permet de prendre le pouls et de recevoir des messages. » Il a insisté sur le fait que « les conférences régionales sont le meilleur cadre pour recevoir ces messages. » La conférence s’est clôturée par la remise symbolique du bâton à Christian Lusson, futur bâtonnier d’Amiens. Il succédera à Gonzague de Limerville à partir du 1er janvier 2017. Un pot de partage était organisé après le conférence.