Le Salon de la robonumérique prend de la hauteur

Publié dans le numéro 3651 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Maxime Mularz, fondateur d’Hostabee, heureux d’être présent.

Avec ce salon, Saint-Quentin devient un rendez-vous incontournable pour les professionnels du secteur sur le plan international. 

Avec sa troisième édition, le Salon de la robonumérique de Saint-Quentin a connu une évolution marquante et s’ancre maintenant comme un rendez-vous incontournable pour les entreprises françaises et étrangères qui gravitent autour de la robotique et du numérique. Des participants qui étaient plus nombreux cette année. Les organisateurs (la Ville et la communauté d’agglomération de SaintQuentin) modèlent au fil des ans leur concept pour en faire une manifestation reconnue sur le plan international. Et c’est une réussite. D’une part, par la présence de personnalités comme Aliza Bin-Noun, ambassadrice d’Israël en France et à Monaco, Yossi Dan, représentant de Tel Aviv, et Philippe Vasseur, commissaire à la revitalisation industrielle des Hauts-de-France. D’autre part, par la présence d’une cinquantaine d’exposants qui ont mis en avant leurs innovations en matière de robotique industrielle, d’agriculture connectée, de smart territory et de formation aux métiers de demain. « Il s’agit pour nous d’illustrer ce que la robotique dans toutes ses composantes peut apporter à une agglomération comme le territoire saint-quentinois, mais plus largement de démontrer que la robotique est un vecteur de développement local, national et international », précise Frédérique Macarez, vice-président chargé des actions de développement intracommunautaires et du numérique de la communauté d’agglomération de Saint-Quentin.

Orange, un partenaire de poids

Cette année, la part belle a été faite aux start-ups comme Hostabee, accompagnée et hébergée au Faubourg numérique de Saint-Quentin, qui propose des ruches connectées. Elle a récemment remporté le « Startup challenge de la French Tech » à Tel Aviv et participera au prochain CES de Las Vegas. Des sites de l’Aisne accueillent des ruches et des modules (une coopérative agricole à Thenelles, un groupement à Sains-Richaumont). La communauté d’agglomération du SaintQuentinois va également faire appel à la start-up pour installer des ruches sur plusieurs sites, comme l’espace Créatis et le parc d’Isle. Le groupe Orange soutient l’entreprise puisqu’elle a installé deux cents ruches sur des sites du groupe télécom. Ce partenariat avec Orange va également permettre à la start-up saintquentinoise d’installer des ruches à San Francisco. Autre start-up que les quelque 3 000 visiteurs ont pu découvrir, Sencrop, située en Hauts-de-France, qui a mis au point une station agro-météo connectée permettant à chaque agriculteur de mesurer, au sein de sa parcelle, des données telles que la température de l’air, l’hygrométrie, la pluviométrie, la vitesse du vent… Les capteurs relèvent et envoient les différentes données à l’agriculteur, qui peut les consulter en temps réel sur son smartphone et les partager, s’il le souhaite, avec les exploitants des parcelles voisines. Ainsi, il peut affiner ses plans de semis et d’irrigation et ajuster ses traitements à la réalité du terrain. « Ce salon nous apporte une visibilité et permet d’avoir des contacts avec de futurs partenaires. Mais ici, c’est aussi chez nous, et c’est tout naturellement que nous sommes présents à ce salon, dans une ville dans laquelle mon entreprise se développe », lance Maxime Mularz, fondateur d’Hostabee.