Le Conseil départemental de la Somme continuera d’aider les communes

Publié dans le numéro 3653 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Début décembre, Laurent Somon, président du département, a annoncé aux maires du territoire qu’ils pourraient bénéficier de 40 millions d’euros d’aides sur la période 2017- 2021. Des dotations qui comprendront des parts fixes, mais aussi des bonifications en fonction de l’engagement des communes.

Début décembre, le conseil départemental de la Somme avait décidé de dérouler devant 350 maires sa nouvelle politique territoriale. « Certains départements ont décidé d’arrêter de soutenir les communes, ce n’est pas notre cas », lance Laurent Somon. En 2016, l’exécutif a ainsi décidé de remettre à plat sa politique territoriale, ce qui ne l’a pas empêché de consacrer cinq millions du budget pour financer 25% hors taxes, de projets portés par des communes et des intercommunalités. 293 initiatives ont ainsi été soutenues. 100 000 euros ont également été accordés aux territoires touchés par les dernières intempéries. Pour la période 2017-2021 du mandat, l’exécutif a fait le choix de « simplifier » et de rendre « plus lisible » sa nouvelle politique territoriale qui pourrait bénéficier aux 779 communes afin de favoriser l’emploi et le développement économique.

Faire bénéficier à tout le territoire « Nous sommes sur un effort similaire à l’ancienne mandature alors que le contexte financier est très différent. Nous avons fait le choix de baisser les frais de fonctionnement mais de conserver les investissements », note Stéphane Haussoulier, vice-président en charge du développement territorial local et de la protection de l’environnement. Concrètement, la nouvelle politique territoriale du département prévoit un accompagnement des communes de moins de 1 000 habitants sur tous les travaux relevant de l’investissement à raison d’une subvention maximale de 10 000 euros sur quatre ans, une contractualisation avec les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) pour « améliorer le cadre de vie des résidents et faciliter l’installation de nouveaux habitants ». Là encore, le département souhaite se concentrer sur les opérations d’investissement avec un taux d’intervention de 25% et un seuil minimum de dépenses de 50 000 euros hors taxes. Enfin, il est également prévu un complément « Loisirs et sports de nature » pour un territoire qualifié de « poumon vert ».
Une bonification possible Outre ces subventions possibles, le département prévoit également un « bonification » pour les communes et intercommunalités qui s’engagent à soutenir l’action de l’exécutif dans le domaine de la culture, des services à domicile, de l’insertion et du RSA ou la mise en place d’un centre intercommunal d’action sociale (CIAS). « Nous voyons les communes et les intercommunalités comme des partenaires. Le département ayant de plus en plus de difficultés sur ces sujets, il y a des efforts à partager », a fait valoir Stéphane Haussoulier. Ainsi, le Val de Somme pourrait par exemple bénéficier d’une part fixe de 690 089 euros, mais voir sa dotation augmenter de 295 753 euros si le territoire met en place un service d’aide à domicile ou élabore un projet culturel, ou encore s’engage à travailler sur l’insertion d’au moins 1% des allocataires du RSA pendant au moins deux ans via un « Contrat d’accompagnement dans l’emploi ».