Ecoday-CE : un e-comité d’entreprise pour tous

Publié dans le numéro 3650 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Ecoday-CE est accessible par l’intermédiaire du site internet http://www. ecoday-ce.com. Utilisé à 100% de ses possibilités, le service permet aux salariés d’économiser jusqu'à 1 300 euros par an.

Ecoday-CE propose les services d’un comité d’entreprise de manière dématérialisée à toutes les structures, quelle que soit leur taille. Né dans l’Est, il arrive en Hauts-de-France par l’intermédiaire de Daniel Lenglen. 

Pourquoi les grands groupes et les entreprises de plus de 50 salariés seraient-ils les seuls à pouvoir proposer les services d’un comité d’entreprise à leurs salariés ? S’il y a encore quelques années on pouvait se poser la question, les choses ont depuis évolué et aujourd’hui plus rien n’empêche une TPE d’offrir ce service à ses salariés ou un indépendant de pouvoir profiter des mêmes réductions qu’un salarié d’un grand groupe. « Je viens du monde des ressources humaines, je me suis rendu compte que dans les PME et TPE, il n’y avait pas de CE pour les salariés », explique Daniel Lenglen, dirigeant de l’entreprise DL services. Ce chef d’entreprise, toujours à l’affût d’innovations sociales, a voulu proposer une solution s’adaptant à toutes les typologies d’entreprise.

Des conditions avantageuses

Après avoir expérimenté une première solution de comité d’entreprise dématérialisé qu’il a commercialisé sur les arrondissements d’Arras et Douai, Daniel Lenglen est tombé sur un nouveau service né dans l’est de la France, à quelques kilomètres de Strasbourg. « Le concept existe depuis peu. Deux jeunes issus d’une école de commerce ont décidé de créer le service en s’inspirant de ce qui se fait dans les grands groupes en le rendant accessible au plus grand nombre via Internet », poursuit Daniel Lenglen. Ecoday-CE permet ainsi aux commerçants, artisans, professions libérales, PME et TPE de bénéficier des mêmes avantages que les entreprises de plus de 50 salariés. Les créateurs du concept ont négocié avec des partenaires nationaux et locaux et peuvent ainsi proposer des conditions avantageuses aux adhérents. « Aujourd’hui, certains grands groupes et des CE utilisent également les services d’Ecoday-CE, preuve que le produit est efficace et adaptable à toutes les situations. »

Du pouvoir d’achat en plus

Le fonctionnement d’EcodayCE est simple : l’entreprise paye un droit d’entrée d’une vingtaine d’euros, puis une cotisation annuelle de 17 cents par jour et par salarié, soit 60 euros par an, pour accéder aux services du CE dématérialisé. « Le prix de l’abonnement au service est dégressif en fonction du nombre de salariés de l’entreprise adhérente », détaille Daniel Lenglen. Chaque salarié reçoit ensuite un login et un mot de passe lui permettant d’accéder au site d’Ecoday-CE. « L’offre est complète et propose des services pour tous les membres de la famille du salarié, dans de nombreux domaines (vie quotidienne, loisirs, voyages, culture, santé). » L’offre permet au salarié, si elle est utilisée à 100% de ses possibilités, d’économiser plus de 1 300 euros par an, soit l’équivalent d’un mois de salaire. « L’offre Ecoday-CE est un booster de pouvoir d’achat, elle permet à des salariés de retourner au restaurant, de s’offrir des loisirs en famille…» Différence par rapport à la concurrence, Ecoday-CE offre les frais d’envoi des prestations en recommandé avec AR à l’ensemble de ses adhérents. « Nous sommes également continuellement sur le terrain pour nouer des relations avec des prestataires locaux et offrir toujours plus d’avantages et donc de pouvoir d’achat. Pour l’entreprise, c’est une stratégie de management positive. » Il s’agit en effet d’un outil de fidélisation, de recrutement et de management, entièrement déductible du résultat imposable. « Pour les salariés, il s’apparente à un complément de salaire sans charges.» Enfin, Daniel Lenglen propose aux adhérents qui lui font confiance de communiquer une fois par an des informations sur l’utilisation du service par leurs salariés. Car « le service n’a d’intérêt que s’il est utilisé par les salariés ». En effet, les statistiques d’utilisation sont très révélatrices de l’intérêt que les salariés portent à cet avantage social.