Bohain engagée dans la croissance verte

Publié dans le numéro 3650 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Les élus et acteurs de Bohain se retrouvent régulièrement pour travailler.

L’État soutient à hauteur de 500 000 euros la Ville de Bohain pour son engagement dans des projets de croissance verte.

Le 11 octobre dernier à Paris, la ville de Bohain et le ministère de l’Environnement signaient une convention engageant l’État à soutenir financièrement cette ancienne cité du textile du nord de l’Aisne engagée dans le projet de « Territoire à énergie positive pour la croissance verte » (TEPCV). Un label qui engage la collectivité à diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050 en travaillant autour de six axes : réduire la consommation d’énergie dans le bâtiment et l’espace public ; diminuer les émissions de gaz à effet de serre et les pollutions liées aux transports ; développer l’économie circulaire et la gestion durable des déchets ; produire des énergies renouvelables locales ; préserver la biodiversité, protéger les paysages et promouvoir l’urbanisme durable ; développer l’éducation à l’environnement, l’écocitoyenneté et la mobilisation locale.

Bohain a une démarche différente

Bohain n’est pas le seul territoire axonais à s’être engagé dans cette démarche. La ville de Soissons, les Portes de la Thiérache et le Sud de l’Aisne sont aussi soutenues. « Bohain a une démarche différente », lance Catherine Gaveriaux, directrice de la Maison de l’emploi de Bohain. C’est cette structure qui est à l’initiative du projet. Pendant cinq ans, la Maison de l’emploi a mené le projet à destination des entreprises et de leurs salariés, des élus et de la population. L’objectif était double : faire monter en compétences les salariés du territoire pour répondre aux nouvelles exigences réglementaires émanant du Grenelle de l’environnement et sensibiliser les élus et la population aux enjeux de la transition énergétique. « L’ensemble de ces travaux et des partenariats noués nous a amenés à nous intéresser à l’appel à projets TEP-CV », lance Sandrine Louvel, chargée de mission TEPCV à la Maison de l’emploi. Et comme une Maison de l’emploi n’a pas vocation à répondre à ce type de projet, c’est la Ville de Bohain qui y a répondu.
Création d’une plate-forme collaborative

« Avec ce label, nous allons poursuivre le travail mené depuis plusieurs années pour emmener la ville vers un renouveau, tout en prenant en compte les aspects environnementaux, économiques et technologiques et les attentes des citoyens », précise Sandrine Louvel. La Ville de Bohain ne manque d’idées : création d’une plate-forme collaborative, site d’information, d’échanges et de e-commerce 100% local, animée par les acteurs du territoire et les citoyens ; création d’une filière locale de produits maraîchers frais et transformés avec la mise en place d’ateliers autour du bienmanger ; renouvellement progressif de la flotte communale par des véhicules plus propres ; mise en place d’un éclairage public basse consommation lors de chaque requalification de rues, mise en place de projets d’énergies renouvelables (solaire, biogaz, bois énergie) et acquisition de pistolets thermiques pour remplacer l’utilisation de produits phytosanitaires lors de l’entretien des rues et du cimetière avec l’objectif zéro pesticide. « Cette belle opportunité va permettre à la Ville d’investir dans les énergies renouvelables, les métiers d’avenir et de mieux lutter contre la précarité énergétique, afin de laisser aux générations futures un territoire préservé et une opportunité de mieux vivre dès aujourd’hui », ajoute Jean-Louis Bricout, le maire de Bohain.