Anim voit plus grand

Publié dans le numéro 3652 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Lorsque Yann Capart crée sa société en 1999, l’offre locale en événementiel était quasiment inexistante. Dix-sept ans plus tard, Anim Événementiel, installée au Petit Château de Lamotte-Brebière près d’Amiens, a su se faire une place de choix dans un secteur devenu plus concurrentiel, en se diversifiant avec des prestations parfois hors normes, et une qualité de services inchangée.

La philosophie de Yann Capart n’a pas bougé d’un iota depuis ses débuts : « Limiter au maximum la sous-traitance, et intégrer les savoir-faire en interne au services de nos clients. » Des clients exclusivement professionnels, pour la plupart issus de la région. Et pour le dirigeant, le nouveau découpage régional est plutôt une bonne nouvelle : « Une très grosse partie des entreprises des Hauts-deFrance ont leur siège domicilié à Lille, et font appel à Anim pour organiser leurs réunions à Amiens, qui a la chance de se trouver désormais au centre de la région. »

Un savoir-faire reconnu Anim a également su se faire un nom au-delà des frontières régionales, l’entreprise est aujourd’hui référencée auprès de deux grands groupes nationaux (Center Parc et Pierre & Vacances) pour l’organisation de leurs événements. « Ils faisaient déjà appel à nous depuis longtemps pour leurs événements situés à Amiens », précise Yann Capart dont la force est de pouvoir monter avec ses équipes de A à Z des manifestations nationales, voire européennes, en quelques jours et qui réunissent des milliers de personnes, comme ce sera le cas pour Bla Bla Car en mars prochain dans le centre Pierre & Vacances de Fort-Mahon ou pour Alstom. Si Anim a changé de dimension, « la structure demeure relativement souple, et les relations de confiance avec les clients sont toujours les mêmes, nous travaillons dans un esprit de co-construction », notre le dirigeant qui gère le cahier des charges, la partie consulting et l’audit, en établissant des plans 3D, et en jouant la carte de la transparence. Amin prend également en charge la partie restauration : « Hormis sur de très gros événements où nous pouvons faire appel à des professionnels de la restauration parisiens qui viennent en renfort de nos équipes habituelles, nous travaillons aves du personnel local, issu pour moitié d’écoles de la région, l’autre moitié étant formée par nos soins, et recrutée pour leurs valeurs humaines », explique Yann Capart qui s’est adjoint les services d’un chef cuisinier fort de plus de 20 ans d’expérience dans des restaurants gastronomiques, en la personne de Laurent Lavergne, qui travaille avec un second et un maître d’hôtel. « Nous avons également à cœur de travailler en circuit court, en mettant en avant les produits locaux, c’est un choix cohérent. Notre montée en gamme doit aussi concerner notre cuisine, et les services que l’on nous proposait en la matière ne nous convenaient plus », poursuit le dirigeant. L’équipe d’Anim devrait prochainement se renforcer (Yann Capart est à la recherche d’un(e) secrétaire comptable et d’un(e) chef de projet) avec toujours la même ambition : préserver et continuer à développer le savoir-faire local, « il faut le faire valoir et le faire savoir », sourit Yann Capart, pour qui le plus important reste le fonctionnement familial qu’il a su instaurer dans son entreprise. Prochaine grande étape pour Anim, la construction d’un second site à Amiens, avec une salle « ultra moderne » de plus de 600 m², dotée d’un toit terrasse de 200 m², qui devrait voir le jour en 2018.