Saint-Quentin au forum des smart cities en Chine

Publié dans le numéro 3642 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

En participant à ce type de manifestation mondiale, Frédérique Macarez (2e à g.) donne à Saint-Quentin une autre envergure.

Saint-Quentin a participé à un forum mondial sur la smart city en Chine. Son maire est revenu avec des idées et a défendu l’idée de la ville de demain.

Le réseau des « villes intelligentes » s’est retrouvé à Yinchuan, en Chine, pour son congrès mondial. Si ce réseau compte principalement de grandes capitales mondiales dépassant le million d’habitants, les villes de taille humaine sont peu représentées. Parmi elles, Saint-Quentin. Son maire, Frédérique Macarez, et la chargée de mission robonumérique à la Communauté d’agglomération, Céline Van, ont fait le déplacement début septembre. « Ce forum est un lieu de réflexion sur la ville de demain », indique l’élue qui multiplie les déplacements à l’étranger pour promouvoir le territoire saint-quentinois à des investisseurs et futurs partenaires. Face aux défis de demain (croissance de la démographie et gestion des transports), élus, experts et consultants planchent sur des solutions afin de répondre aux attentes des citoyens, tout en travaillant sur le cadre de vie.

Avoir une ville qui facilite la vie du citoyen

À Saint-Quentin, les défis sont différents des grandes villes mondiales. Dans ce petit coin de France, c’est l’emploi qui est au cœur de l’attente des habitants. Et pour cela, Frédérique Macarez travaille d’arrache-pied pour accueillir de nouveaux entrepreneurs avec l’appui de la Communauté d’agglomération. Mais la municipalité veut aller bien au-delà et réfléchit aux services qu’elle pourrait proposer demain et sur la manière d’adapter ceux d’aujourd’hui aux attentes futures. Pour Frédérique Macarez, « la smart city, c’est être plus efficient, mieux gérer les services administratifs et être moins coûteux ». Et tout cela grâce à la nouvelle technologie. Les exemples ne manquent pas. La ville vient d’investir dans du matériel pour gérer au mieux le chauffage et l’électricité dans les bâtiments techniques. Objectif : réduire les coûts énergétiques. « Notre deuxième enjeu est d’avoir une ville qui facilite la vie du citoyen. Nous venons de lancer un site dédié à la famille. En un simple clic, elles ont accès à un ensemble d’informations », explique le maire. Le troisième défi est de préparer la ville aux challenges de demain et de sensibiliser les citoyens à de nombreux domaines, comme l’éducation. « C’est ce que j’ai défendu au cours d’une table ronde à laquelle participaient des villes du Pérou ou d’Australie. » Ce séjour de trois jours en Chine a aussi été l’occasion pour les délégations de visiter Yinchuan, une ville de deux millions d’habitants située au nord. C’est aujourd’hui la ville la plus innovante de Chine. Outils numériques de gestion de la ville, poubelles connectées, santé high-tech, environnement, tourisme, etc. : tout est connecté. « C’est assez bluffant. Nous avons tous été étonnés par cette ville », se souvient Frédérique Macarez qui a profité de ce déplacement pour y faire des emplettes économiques et vendre le territoire, ainsi que le Salon de la robonumérique qui aura lieu les 23 et 24 novembre prochains. En attendant, le maire et son équipe vont continuer à travailler sur la stratégie de la smart city made in Saint-Quentin. L’avenir se prépare aujourd’hui. Saint-Quentin se donne les moyens et les atouts pour y arriver.