L’État et la région viennent en aide aux TPE/PME

Publié dans le numéro 3623 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

En 2015, 18 655 offres d’emplois ont été recensées sur le département de la Somme, en grande majorité, il s’agissait de CDD de moins de 6 mois.

Lancé le 18 janvier dernier, le dispositif national #EmbauchePME qui permet aux entreprises de moins de 250 salariés de toucher une prime de 4 000 euros sur deux ans, a déjà été sollicité 16 630 fois en région et 1 718 fois dans la Somme.

La région Nord-Pas-de-CalaisPicardie connait un état d’urgence économique et social puisque depuis 2001, elle a vu la destruction de 87 500 emplois marchands et compte 183 000 demandeurs d’emploi. Par ailleurs, 15 millions d’heures d’activités partielles ont été autorisées en 2015 pour 2 100 établissements » énumère Laetitia Creton de la Direccte Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Si la tendance est à l’amélioration ces derniers temps, les difficultés persistent. C’est dans ce contexte que l’État a décidé de lancer le 18 janvier dernier le programme #EmbauchePME qui a pour objectif d’encourager les petites et moyennes entreprises à recruter, moyennant une prime de 500 euros par trimestre pendant deux ans. Cumulable avec les autres aides en vigueur – CICE, crédit d’impôt compétitivité, pacte de responsabilité, réduction pour les bas salaires – elle peut venir compenser les cotisations patronales d’un salaire équivalent au SMIC. Le dispositif concerne les embauches réalisées entre le 18 janvier et le 31 décembre 2016.
Les conditions d’obtention Pour obtenir cette aide, l’État a souhaité que les démarches effectuées par les entreprises soient le plus simple possible. Un simple formulaire de demande, accessible sur le site du Ministère du travail, suffit. Pour bénéficier de #EmbauchePME, il faut être une entreprise de moins de 250 salariés et avoir réalisé un recrutement en CDI ou en CDD de 6 mois ou plus, conclu un contrat de professionnalisation de 6 mois ou plus ou avoir transformé le CDD d’un salarié en CDI. Les rémunérations concernées doivent être comprises entre 1 et 1,3 fois le SMIC. Des règles claires, qui ont déjà séduit de nombreux employeurs, y compris sur le territoire. « Nous étions à la recherche de deux personnes pour renforcer nos équipes », se souvient Jean-Pierre Despreaux, directeur de l’Intermarché de Flesselles (Somme). Son choix s’est porté sur un boucher de 52 ans au chômage depuis 36 mois et une personne venue réaliser un stage découverte pour la partie libreservice. De son côté, Michel Boussy, comptable de la structure, salue la simplicité du dispositif mis en place il y a quelques mois. « C’est assez simple à utiliser, il suffit simplement de remplir le bon formulaire et suivre la procédure indiquée. Ensuite, tous les mois, il faut remplir le nombre de jours d’absence de ces salariés et les virements se font automatiquement ».

La région aide aussi les entreprises Parallèlement à ce dispositif, la région des Hauts-de-France a elle aussi mis en place un programme d’aide à destination des petites et moyennes entreprises depuis le 1er janvier 2016. Elle concerne les CDI, CDD d’un an ou plus ainsi que les contrats à plein temps. Côté rémunération, le dispositif de la région s’adresse aux salaires compris entre 1 et 1,6 fois le SMIC. Cette subvention équivaut à 25% des cotisations patronales et le premier acompte est versé uniquement si l’embauche est confirmée à l’issue de la période d’essai. « Ces aides ne sont pas cumulables, il est important que les entreprises prennent le temps de voir quel dispositif est le plus avantageux pour elles », précise Laetitia Creton, qui souligne que dans les deux cas, l’objectif est de « faciliter la création d’emplois sur le territoire ».

D.L.-P.