Camille Fournet, une maison reconnue dans le secteur du luxe français

Publié dans le numéro 3623 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Chaque pièce est réalisée à la main avec un savoir-faire qui incarnent le luxe à la française

La maison Camille Fournet est installée à Tergnier. Forte de 70 ans d’expérience, elle travaille avec les grandes maisons horlogères suisses. L’entreprise axonaise est aujourd’hui leader mondial pour les bracelets en cuir dans le secteur du luxe.

Camille Fournet. Le nom de ce maroquinier de luxe n’est pas connu de tous. Pourtant, les bracelets de montres fabriqués à Tergnier dans l’Aisne sont vendus place Vendôme à Paris. Fondée en 1945 par Camille Fournet, l’entreprise picarde est rachetée en 1994 par Jean-Luc Déchery. À l’époque, elle est installée dans un atelier à Saint-Quentin. Aujourd’hui, les ateliers spacieux se situent en plein cœur de Tergnier. La société emploie 295 salariés. Une autre manufacture est installée à SaintMalo en Île-et-Vilaine avec une vingtaine de salariés.

De la haute maroquinerie La renommée de Camille Fournet est reconnue depuis des années dans le domaine des bracelets cuirs horlogers. Selon le type de bracelet, 35 à 45 personnes interviennent dans le processus de réalisation de cet objet de luxe. « Nous sommes leader de marque pour les bracelets remplacement de montres. Nous proposons aux grandes marques de remplacer les bracelets des clients en direct, ce qui permet un délai de livraison plus rapide. Nous avons à Paris, une équipe artistique de la direction maroquinerie qui travaille sur de nouveaux projets de développement », explique le directeur de production Thierry Sedard, avant de poursuivre : « Un pôle formation a été créé au sein de l’atelier. Nous accompagnons les nouvelles recrues en les formant durant plusieurs mois puisqu’il n’existe pas de formation à ce métier. 95% des personnes embauchées voient leur contrat se transformer en CDI. »

Des filiales en Asie Les salariés découpent, façonnent, cousent et assemblent le cuir. Toutes les pièces sont fabriquées en respectant un parfait équilibre entre la tradition et la modernité. La manufacture travaille avec plus de 400 matières différentes. L’alligator est la matière principale utilisée. Pourtant les peaux de crapauds côtoient le lézard, le galuchat, le veau, le python, le requin ou la patte de poule. Toutes ces peaux exotiques
sont utilisées avec un large choix de variétés de teintes puisque celles-ci sont tannées et teintées dans des teintureries françaises. La maroquinerie possède deux points de vente à Paris, au Bon Marché et une boutique Rue Camon. Avec également 14 points de vente installés au Japon, en Chine et à Macao, la marque est aussi présente en Asie. La société axonaise possède huit filiales commerciales à l’internationale : en Suisse, Allemagne, Italie, États-Unis, HongKong, Chine (Pékin et Shanghai) et le Japon. La société réalise 90% de son chiffre d’affaires à l’export. La Maison Fournet propose également aux clients de concevoir eux-mêmes leur bracelet cuir sur-mesure. À l’aide du configurateur en ligne, ils prennent la main et déterminent les critères spécifiques de leur futur bracelet, pour une réalisation originale.

Françoise DAMIENS