Loi NOTRe et offices de tourisme : quelle stratégie?

Publié dans le numéro 3621 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Courant avril se tenait un séminaire sur la loi NOTRe au Petit Château de Lamotte-Brebière. Deux cents acteurs du tourisme de la nouvelle région Hauts-de-France se sont réunis pour échanger sur l’impact fort de la loi NOTRe sur l’organisation de leurs territoires.

Les Fédérations régionales des offices de tourisme Picardie et Nord-Pas-de-Calais ont proposé aux acteurs du tourisme un séminaire intitulé “Loi NOTRe et offices de tourisme : stratégie et structuration”. Organisé en partenariat avec Offices de tourisme de France®, ce séminaire fut l’occasion d’échanger sur le futur découpage territorial résultant de la loi NOTRe (pour Nouvelle organisation territoriale de la République). En effet, au 1er janvier 2017, le nombre d’offices de tourisme de la région Hauts-de-France pourrait passer de 122 à 74. Un redécoupage directement lié à la loi NOTRe, qui prévoit le transfert de la compétence tourisme aux intercommunalités et la fusion des territoires. « Au-delà de la réorganisation territoriale, c’est tout le travail des offices de tourisme qui sera impacté. N’oublions pas que le tourisme est une économie à part entière et que notre région a toute sa place. Il s’agit là de repenser toute la stratégie de nos offices de tourisme. L’office de tourisme de demain doit inventer un nouveau modèle. Il doit être à la fois référent de proximité, expert de la destination et de la mise en tourisme des territoires, créateur de valeur ajoutée, mais aussi un lieu de vie, de coworking et de services. Bref, nous devons être organisés pour accompagner les défis qui nous attendent », invite Francis Lépine, président de la Fédération régionale des offices de tourisme de Picardie. Afin de mettre en place une stratégie de développement touristique partagée et de mieux comprendre la nouvelle réglementation, le séminaire d’une journée proposait de nombreuses interventions d’experts et des retours d’expériences.

L’économie touristique au cœur des réflexions Pour Jean Burtin, président d’Offices de tourisme de France® – Fédération nationale, cette loi NOTRe est une véritable opportunité pour tout remettre à plat afin de restructurer les territoires touristiques, dépasser les frontières administratives et passer enfin de la notion de territoire à celle de destination touristique. « Pour cela, il faut commencer par mettre le visiteur au centre de la réflexion. Dans ce contexte de réorganisation, nous devons être force de proposition. Je préconise notamment de suivre la méthode dite PSG : Projet, stratégie et gouvernance », recommande-t-il. Avec la loi NOTRe du 7 août 2015, une nouvelle cartographie des Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) verra le jour en 2017.

De plus, des nouvelles compétences obligatoires seront transférées aux intercommunalités en lieu et place des communes, dont le tourisme, sous le libellé “Promotion du tourisme dont la création d’offices de tourisme”, au 1er janvier 2017. Pour l’heure, ces professionnels du tourisme réfléchissent à plusieurs scénarios d’organisation possibles. « La loi NOTRe n’est qu’une boîte crânienne, à vous d’y mettre le cerveau, le principal reste à faire », confiait Patrice Ruelle, du Belvédère conseil, intervenant à ce séminaire qui s’est poursuivi l’après-midi autour de trois tables rondes. La première sur « Faire travailler ensemble neuf offices de tourisme pour construire un avenir touristique commun », par le syndicat mixte du Montreuillois. La deuxième portait sur « Réussir le transfert de la compétence tourisme à l’intercommunalité autour des offices de tourisme existants », avec l’office de tourisme Cœur de Flandre. Et la dernière avec Maison du tourisme Les Portes de la Champagne et Aisne tourisme, intitulée « Si on dépassait l’échelle communautaire ? ». Ces professionnels ont bien compris qu’il fallait se regrouper pour se renforcer et placer le développement local au cœur de leurs préoccupations.

 

Kaltoume DOUROURI