Exotest, spécialiste du vieillissement accéléré de matériaux

Publié dans le numéro 3619 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

L’équipe dirigeante avec son fondateur Emmanuel Bin.

Exotest est un laboratoire spécialisé dans le vieillissement accéléré de matériaux. Son activité consiste à reproduire les agressions climatiques courantes principalement sur les pièces automobiles.

Emmanuel Bin, 43 ans a créé Exotest, à Compiègne, en 2001. Il a été le premier lauréat de Réseau Entreprendre Picardie, dont il est aujourd’hui le président. Ingénieur de formation, il est passionné par son métier qu’il a inventé, car il est le seul laboratoire en France à reproduire le climat. Il a commencé par des essais de vieillissement à la lumière. Son plus gros marché est celui de l’automobile car il est récurrent. Il est aussi consulté par les fabricants de meubles de jardin, afin de vérifier la pérennité des couleurs, par les services d’incendie pour les casques des pompiers qui doivent garder leur brillance. Tous les essais concernant les pièces d’aspect portent sur le vieillissement UV, la corrosion et les essais d’endurance. Le laboratoire dispose du Self Agrément Renault sur tous les essais intérieur et extérieur véhicule et est reconnu par tous les constructeurs. Emmanuel Bin détaille les autres matériaux essayés : « Nous testons sur métal, textile, plastique, caoutchouc, tissus. Par exemple, nous testons le comportement des marquages et peintures aux manipulations fréquentes en simulant l’action répétée d’un doigt sur une touche de téléphone. Tous ces essais se déroulent dans différentes atmosphères, chaud, froid, humide. Notre spécificité est l’expertise dans la simulation solaire. Cela permet en deux à trois semaines d’avoir un aperçu du matériau testé à cinq ans. Nous sommes accrédités par le système qualité Iso 17025. »

40% du CA réalisé à l’export Les clients sont en Europe, en Amérique du Sud, en Asie. « Nous avons ouvert une filiale au Brésil, basée à Sao Paulo, en 2014, pour des tests sur le marché local automobile. Nous ouvrons cette année une filiale russe dont l’objet est le même. Le marché français est celui de l’automobile, des équipementiers et de leurs sous-traitants. » Le premier actionnaire du Groupe Exotest est son dirigeant, Emmanuel Bin, le deuxième est Picardie Investissement. L’entreprise pense réaliser, en 2016, un chiffre d’affaires prévisionnel de 6,2 millions d’euros, hors filiale, « grâce aux vingt collaborateurs qui y travaillent », comme le souligne le patron. Ceux-ci sont tous bilingues, car 75% des échanges et des rapports techniques se font en anglais. Exotest travaille exclusivement avec des prestataires de services locaux. Le siège va déménager d’ici à quelques mois et s’installer dans la Zac du Bois de Plaisance à deux pas des centres de R&D de Plastic Omnium et Bostik. Exotest prévoit de recruter cette année.

Françoise LEFORT