2015, année charnière

Publié dans le numéro 3620 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

L’Assemblée générale a été animée par Brigitte Ferry, présidente et Sébastien Dottin, directeur général de BGE Picardie.

BGE Picardie tenait le 21 avril son Assemblée générale ordinaire avec des résultats encourageants pour 2015, malgré une diminution des entreprises créées en Picardie.

Pour BGE Picardie, l’approche qualitative est aussi déterminante pour la pérennité des entreprises que cette association accompagne. Plusieurs illustrations de cette ambition ont été apportées lors de l’Assemblée générale de BGE Picardie qui couvre désormais les trois départements et dont la vocation est d’accompagner les entreprises, les territoires, l’économie sociale et solidaire, les structures d’utilité sociale au service du développement économique, social et solidaire des territoires. « Les chiffres de la création d’entreprise stagnent de façon générale au niveau national. En Picardie, la baisse est de 4%, alors que dans d’autres régions elle peut atteindre les moins 20%. Et pour BGE Picardie, les résultats, si on agrège la BGE de l’Aisne, sont à peu de choses près équivalents d’une année sur l’autre: 1 206 entreprises créées en 2015 contre 1 220 en 2014 », annonce Brigitte Ferry, présidente de BGE Picardie dont le maillage territorial s’est étendu avec l’ouverture d’une antenne à Abbeville et prochainement à Senlis. Ce qui totalise 9 antennes et 40 points d’accueil pour une offre accessible au plus grand nombre, jeunes et moins jeunes. Promouvoir l’esprit d’entreprendre dans les territoires est une des missions du pôle création d’entreprise. Le Bus BGE est un des outils qui permet de pénétrer des territoires enclavés et témoigner que la création d’entreprise est possible partout. « N’oublions pas que les TPE sont l’avenir de nos territoires. Elles créent de l’emploi et renforcent le lien social », poursuit-elle. 5 268 personnes ont été accompagnées en 2015 dont 3 506 dans l’Oise, 1 238 dans la Somme et 524 dans l’Aisne.

Sensibiliser à l’entrepreneuriat De nombreuses actions ont été menées pour développer la création d’entreprise. Et notamment auprès des jeunes en milieu scolaire, en Missions locales, mais aussi les étudiants dans le cadre du programme Pépite (Pôle étudiant picard pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat) ou encore les jeunes des quartiers avec son dispositif l’École des jeunes entrepreneurs, qui permet, tout au long de l’accompagnement, de salarier ces jeunes en emplois d’avenir. BGE Picardie propose aussi un catalogue de formations et un large panel de modules en e-learning au service des porteurs de projet quel que soit leur profil. « Cette année, nous mettons en place la formation gestion
naire de petite et moyenne structure, d’une durée de 413 heures en centre et 280 heures en entreprise. L’objectif de cette formation est d’acquérir ou perfectionner ses compétences sur les fonctions transversales de l’entreprise, comme les ressources humaines, l’organisation commerciale ou la gestion financière », détaille Sébastien Dottin, le directeur général qui rappelle également l’offre numérique de BGE avec bgepro, outil de simulation économique, mael, espace de travail collaboratif et bgeclub, une communauté d’entrepreneurs. N’oublions pas non plus son pôle économie sociale et solidaire avec 86 structures accompagnées, 1 145 emplois impactés. Ainsi que le pôle promotion des initiatives avec trois concours: Talents, Talents des cités et Acti’Femmes pour 21 entrepreneurs récompensés. « En résumé, 2015 a été une année charnière pour nous, conclut Brigitte Ferry. Avec la loi NOTRe, notre environnement géographique, économique et politique a changé. Il est encore tôt pour percevoir l’avenir mais il faudra désormais intégrer cette nouvelle échelle dans l’élaboration de notre stratégie et de nos projets. »

Kaltoume DOUROURI