Saint-Quentin expose à Tokyo

Publié dans le numéro 3601 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Des échanges avec des entreprises japonaises ont eu lieu.

Des échanges avec des entreprises japonaises ont eu lieu.

La ville de Saint-Quentin continue à développer sa stratégie autour de la robonumérique lancée il y a trois ans. Après avoir organisé la deuxième édition du salon de la robonumérique, l’équipe de l’agence de développement de la communauté d’agglomération du saint-quentinois s’est déplacée à Tokyo au Japon, début décembre, pour participer à l’Irex, le plus grand salon international sur la robonumérique. Parmi les 2 000 exposants, le stand de Saint- Quentin était le seul représentant français. « Les objectifs de ce salon étaient de se faire connaître en tant que territoire innovant et de tisser des partenariats », explique Frédérique Macarez, vice-présidente à la communauté d’agglomération en charge du développe- ment économique. Plus de 100 000 visiteurs sont passés sur le stand dont un grand nombre de français. « Nous avons rencontré des français impliqués sur ce nouveau marché que nous n’aurions pas rencontrés en France et des Japonais qui aiment la France », constate Frédérique Macarez.

Conférence French Tech

La délégation saint-quentinoise a profité de ce salon pour aller à la rencontre d’entreprises. Elle a visité les usines Fanuc, leader mondial de la fabrication de robots et qui a signé un partenariat avec Saint-Quentin pour équiper le lycée Condorcet en matériel pour les étudiants ; le siège de Yamaha, le plus gros employeur privé de Saint-Quentin dont des échanges ont eu lieu avec un cadre venu travailler quelques années sur la ville des Pastels ; un incubateur financé par une très grande entreprise du Japon de vente en ligne et des start-ups au sein de l’Orange Lab Asia. « Avec Orange Lab Asia nous allons permettre aux étudiants de Saint-Quentin de bénéficier d’une veille technologique sur les nouvelles innovations en Asie par le biais de vidéo-conférences en direct du Japon avec des experts qualifiés », annonce Frédérique Macarez. Des entrepreneurs japonais, comme Softbank, veulent investir dans des start-ups françaises et recherchent de nouveaux talents français. Une conférence French Tech a été organisée avec l’ambassade française et le ministère de l’économie autour des collaborations France-Japon en présence de la chambre de commerce japonaise, la chambre de commerce française, business France, des start-up françaises installées au Japon. L’occasion pour des Japonais et des Français installés au Japon d’échanger sur les relations qui lient les deux pays et sur les perspectives de collaboration en matière d’innovation. Le bilan de ce déplacement est positif pour Frédérique Macarez : « Nous avons réussi à nous faire connaître de toutes les institutions japonaises qui comptent pour avancer comme la fédération de la robotique Jara, l’agence d’innovation Japonaise Nedo, les industriels, les universités, les délégations étrangères. Avec ce déplacement, Saint-Quentin fait un franchit un nouveau cap. »