Recherche et innovation dévoilées en Picardie

Publié dans le numéro 3599 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Des chercheurs à la rencontre de lycéens pour échanger sur le métier, et susciter des vocations.

Des chercheurs à la rencontre de lycéens pour échanger sur le métier, et susciter des vocations.

Cette année, la Semaine de la recherche et de l’innovation s’est installée sur deux sites : le campus Santé de l’université de Picardie Jules-Verne et la plate-forme d’innovations industrielles IndustriLAB à Méaulte. Deux lieux choisis pour accélérer les rencontres entre chercheurs, étudiants et décideurs picards. L’édition 2015 a commencé par une rencontre entre lycéens et chercheurs au lycée Delambre. Le premier jour de cette Semaine, des lycéens ont pu échanger avec des chercheurs, l’occasion pour les professionnels de la recherche d’expliquer leur métier à ces jeunes et peut être de susciter des vocations. Le lendemain, rendez-vous était donné à la plate-forme IndustriLAB à Méaulte, créée et financée par la région Picardie. Plusieurs conférences y étaient données sur les thèmes de la réalité virtuelle, du ferroviaire, du transport intelligent ou du stockage de l’énergie.

Rappelons que le Hub, bâtiment dédié à la recherche sur le stockage électrochimique de l’énergie, sera livré début 2016 au pôle Sciences de l’UPJV, rue Saint-Leu à Amiens. De nombreux challenges se présentent, avec neuf milliards d’habitants en 2050 et le nombre de véhicules doublé d’ici 2030. Il faudra fournir 14TW d’énergie décarbonée d’ici 2050. « Les alternatives sont ces énergies renouvelables. Mais comment convertir et stocker cette énergie à grande échelle et de façon rentable ? Le Hub c’est ce bâtiment sur 5 600 m² de plancher qui regroupera notamment des laboratoires, une plate-forme de pré-transfert. Il s’agit d’effectuer des pré-prototypages en évaluant en conditions réelles, la faisabilité et la sécurité des procédés de fabrication de batteries et de supercondensateurs, une première en France », décrit Mathieu Morcrette, directeur du Laboratoire de réactivité et de chimie des solides (LRCS).

Un réseau de chercheurs et un territoire attractif

Au campus Santé s’est tenue toute une journée dédiée aux agroéquipements et matériaux, mais aussi aux innovations en termes de santé comme avec le CPA- SimUSanté, le centre de pédagogie active initié par le CHU Amiens-Picardie. Un projet qui a vu le jour en 2010 et labellisé « Initiative d’excellence en formations innovantes ». Pour ce qui est de la chimie du végétal, autre domaine où la Picardie est performante, ce fut l’occasion de souligner le travail de l’institut Pivert, du CVG et d’Improve notamment. En effet, à Dury, le Centre de valorisation des glucides est spécialisé dans la valorisation de la plante et plus précisément dans le domaine de l’extraction, du fractionnement et de la chimie de la biomasse végétale pour le développement de nouveaux produits et procédés innovants. L’équipe composée d’une trentaine d’experts en bioraffinerie du végétal accompagne plus de 60 clients par an en France et à l’international. Le centre a multiplié ces dernières années les projets structurants au niveau national, partenaire des projets Pivert et membre fondateur de la plateforme Improve dédiée à la valorisation des protéines végétales. Impossible enfin de ne pas citer le travail de l’Institut Faire Faces, centre d’études et de recherche dévolu à la défiguration dont le président fondateur est le professeur Bernard Devauchelle et qui donnait mercredi 25 novembre une conférence ouverte au public sur le thème : « Face à Face, des gueules cassées à la greffe du visage », s’inscrivant dans le cadre des commémorations du Centenaire de la Première Guerre mondiale.