Pharmatis continue de se développer

Publié dans le numéro 3601 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Pharmatis a vendu 700 000 millions sachets en 2015.

Pharmatis a vendu 700 000 millions sachets en 2015.

L’entreprise Pharmatis est très discrète. Incarnée par son président Jean-Louis Vouzellaud, elle est pourtant leader mondial dans le façonnage des formes liquides conditionnées en sachets, en sticks-packs et en ampoules buvables. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 14 ans, cette société, rachetée en 2001 par Jean- Louis Vouzellaud suite à la reprise du site Boehringer Ingelheim, est passée de 95 à 200 personnes, a investi 15 millions d’euros et a réalisé un chiffre d’affaires de 34 millions d’euros en 2014 (contre 16 en 2001). « Dans un contexte économique difficile, Pharmatis continue d’investir à la fois dans les hommes et dans les équipements : le laboratoire de contrôle a reçu trois nouvelles lignes de chromatographie liquide pour les développements », explique le président.

Pour inaugurer son nouvel atelier de fabrication de 9 000 litres (fabriqué en France) et présenter ses 15 ans d’histoire, quelques acteurs économiques et politiques locaux de l’Oise ont été conviés au Rendez-vous de l’industrie de la CCI Oise. Cette dernière a suivi l’entreprise pendant presqu’un an, à travers sa formation Dinamic dans le but d’améliorer les rendements des machines et réduire les erreurs humaines. Car Pharmatis, aujourd’hui, est à saturation de ses lignes, signe d’un bon développement mais qu’il faut gérer pour augmenter la performance.

En 2015, Pharmatis a vendu 700 000 millions de sachets (200 000 millions en 2001) et exporte à 60%, dans le monde entier. Sanofi, Astellas Pharma, Mylan, Biogaran ou encore Ipsen comptent parmi ses 23 clients, qui sont des groupes pharmaceutiques, des laboratoires génériques ou laboratoires vétérinaires.

La recherche et l’innovation

La société est familiale et fabrique a un rendement élevé : elle est en activité toute l’année, 7 jours/7, sauf trois semaines l’été. Elle gère la fabrication (avec sa société Pharmatis), le conditionnement (avec Pharmatessis) le transport mais également, la base de tout, la production des principes actifs (avec Alupharm). Car Pharmatis est détenue par un docteur en pharmacie… un avantage indéniable pour son savoir-faire. « J’ai racheté Boehringer Ingelheim en 2001 qui était l’ancêtre de Biotherax de 1975 à 1984, explique Jean-Louis Vouzellaud, j’ai investi dans la société. En 2003, nous étions les premiers en France à développer ces produits. Aujourd’hui, notre stratégie est de rester leader, de développer des nouveaux produits et de s’adapter aux besoins des pays émergents ».

La notoriété de cette société est aussi due à son laboratoire : Pharmatis développe des produits. Par exemple, elle a développé le packaging de Smectalia. « En pharmacie, il faut être patient. Nous avons créé Smectalia en 2009 pour le lancer fin 2015 », explique le président.

Grâce à cette croissance constante et ces investissements, Pharmatis a reçu le Prix des Jurys des Entreprises, catégorie santé, cet été. La suite ? De nouvelles productions dans les prochains semestres et de nouveaux contrats avec des laboratoires chinois.