Les Clôtures Nicolas s’ouvrent à l’international

Publié dans le numéro 3598 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Une clôture de la gamme Modula, imitation lames de bois.

Une clôture de la gamme Modula, imitation lames de bois.

En 1997, avec mon frère Christophe, nous avons repris l’entreprise fondée par nos parents avec l’ambition de devenir un acteur national important », explique Claire Lagrange, directrice générale de Clôtures Nicolas. La PME, installée à Rosoy-en-Multien dans l’Oise, a réalisé un chiffre d’affaires de 3,8 millions d’euros en 2014. « Nous avons doublé notre activité depuis la fin des années 90 », précise la dirigeante en charge de la gestion et de la partie commerciale de la société.

Si l’entreprise ne fournit pas directement le client, elle a su se faire référencer auprès des principales centrales d’achat des grands revendeurs de matériaux et de bricolage français : « Nous sommes uniquement sur une stratégie de B to B. »

Une ambition internationale…

Alors que le marché français n’offre plus de grandes perspectives de croissance, la société s’intéresse aux pays limitrophes pour accéder à une nouvelle clientèle. « Nous sommes déjà présent en Belgique et en Suisse. Nous ciblons dorénavant le marché allemand », annonce Claire Lagrange. Mais la prospection de nouveaux marchés à l’international est toujours risquée pour une PME qui n’a pas nécessairement les effectifs ou les connaissances pour bien apprécier les opportunités à l’export. « Le risque financier est réel. La CCI avec ses conseils sur la prospection est un soutien indispensable dans notre démarche. Nous avons par ailleurs bénéficié d’une aide de la Coface », explique la directrice générale.

Enfin, l’entreprise picarde envisage l’embauche d’un volontaire international (VI) pour prospecter le marché allemand et référencer la société auprès des grands groupes de négoce. « Nous étudions en ce moment les différentes candidatures », dévoile Claire Lagrange.

… mais une production nationale

Clôture Nicolas réalise l’ensemble de sa production de béton sur son site de l’Oise, avec pas moins de 100 tonnes par jour. Au tournant des années 2000, Claire Lagrange et son frère ont fait le choix de recentrer l’activité autour des clôtures en béton en arrêtant l’activité annexe de mobilier urbain et de pièces d’assainissement.

Aujourd’hui, la PME propose une vaste gamme de clôtures, dont les produits Modula. « Il s’agit de notre produit haut de gamme réalisé avec un béton plus performant, offrant une meilleure résistance. » Les panneaux de béton s’assemblent facilement et, grâce à la lasure, imitent parfaitement les clôtures en bois.

Le succès de cette gamme a incité la direction à créer en 2008 une nouvelle société, Vision béton. Celle-ci produit et commercialise des produits design sur mesure pour aménager des espaces. « Nous avons réalisé les barrières de la piscine Molitor à Paris », se félicite Claire Lagrange.

Alban LE MEUR