Et les lauréats sont…

Publié dans le numéro 3600 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

L’ensemble des lauréats du premier appel à projet de la fondation de l’UPJV.

L’ensemble des lauréats du premier appel à projet de la fondation de l’UPJV.

Cinquante-deux dossiers ont été déposés en octobre par des étudiants issus de nombreuses composantes de l’UPJV en vue de l’appel à projets de sa fondation. Le conseil de gestion a réalisé un premier choix et identifié 22 dossiers pour lesquels un complément d’information a été demandé. À l’issue de ce travail, ce sont au final huit projets qui ont été retenus. « Il s’agit de propositions passionnantes et de grande qualité qui honorent leurs auteurs. Des projets ouverts à l’Europe, à l’entreprise, à l’environnement ou aux nouvelles technologies », se réjouit Olivier De Baynast, président de la Fondation de l’UPJV. Il s’agissait en effet de répondre à trois axes principaux que sont l’aide et l’amélioration de la qualité de vie des étudiants, l’entrepreneuriat étudiant, l’international et les innovations. Le dernier axe misant sur le développement durable, le patrimoine et la citoyenneté. Concernant le premier axe, 15 000 euros ont été obtenus par l’AGORAé, l’épicerie sociale et solidaire de la FAEP qui compte près de 60 bénéficiaires. « Notre idée est de mettre en place des actions de lutte contre le gaspillage alimentaire et des ateliers pour apprendre à cuisiner à moindre coût. Le tout avec l’aide de diététiciens et de chefs cuisiniers qui démontrent qu’avec de simples ustensiles de cuisine et quelques ingrédients faciles à trouver on peut bien se nourrir », explique Justine Legros, 22 ans, étudiante en quatrième année de sage femme. Six mille et 5 000 euros ont été remis à deux autres projets, l’un visant à l’organisation d’un tremplin musical étudiant en mars 2016 au Cirque Jules-Verne. Et le second pour la création d’une course annuelle appelée la U Raid Color, sur 5 kilomètres et ouverte aux étudiants de l’UPJV en vue de financer une mission de solidarité à l’internationale, via l’association Solimeda.

Entrepreneuriat étudiant, innovations et international

Quatre autres projets vont être soutenus dans le domaine de l’entreprise, de l’innovation et de l’international. L’un à hauteur de 10 000 euros et porté par Sabri Abid, étudiant en m1 à l’IAE. Tandem Erasmus vise au parrainage entre étudiants internationaux et amiénois, au travers d’événements réguliers. De son côté, Benjamin Robitaillie, étudiant entrepreneur à l’Institut Supérieur des Sciences et Techniques (Insset) de Saint-Quentin a présenté sa start-up à vocation nationale et internationale d’innovation audio. « Iothinks est un précurseur du son intelligent ou smartsound. C’est le cerveau de vos enceintes, un objet connecté qui permet de transformer n’importe quelle enceinte en objet connecté au wifi. Il permet de streamer l’ensemble de vos musiques et d’interagir avec plus de 200 services Web. Avec kickstarter pour le financement nous envisageons de toucher le marché international », annonce l’étudiant soutenu également par l’américain Intel. Deux autres étudiants de l’IUT TC ont quant à eux inventé les baskets à scratchs amovibles, 5 000 euros devraient les aider à avancer dans la commercialisation de leur produit. Pour Thomas Lecureux, étudiant entrepreneur en sciences, c’est la somme de 19 000 euros, la plus importante attribuée par la fondation, qui lui servira à développer son travail pour déterminer la teneur en huile essentielle et du chémotype de plantes aromatiques et médicinales cultivées en Picardie Maritime. Enfin, ce sont 10 000 euros qui aideront Julie Désert, étudiante en sociologie, à mettre en oeuvre son rêve d’université zéro déchet.