Drone R propose un autre point de vue

Publié dans le numéro 3600 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Yann Romby en train de piloter son drone.

Yann Romby en train de piloter son drone.

Passionné et déterminé, Yann Romby s’est lancé dans la folle aventure de l’entreprenariat. Actuellement en couveuse d’entreprises, avec la Couv’Oise de la CCI Oise, il ambitionne de monter officiellement Drone R d’ici quelques mois. Son projet ? Proposer des photos et vidéos prises à l’aide d’un drone. « De nombreux projet sont réalisables avec différents points de vue, différents montages, etc., explique le jeune entrepreneur, le drone permet un large choix d’actions et une réduction de coût. » Actuellement, Yann Romby est en pleine expansion. Il souhaite toucher les agriculteurs, les particuliers et les entreprises de l’Oise et de la Picardie, pour ensuite s’étendre sur tout le territoire national. Plein d’idées en tête, il souhaite faire de Drone R la référence en matière de prises de vues aériennes. « Pour les agriculteurs, le drone peut être d’une aide précieuse et économique. Par exemple, le drone survole le champ et le filme. L’agriculteur voit en direct les images et perçoit les zones à problèmes, explique-t-il. Le drone peut aussi être un lanceur de pesticides grâce à un réservoir que l’on peut accrocher. » Il ne veut pas que parcourir les campagnes. La suite ? Travailler avec des journalistes et faire des reportages à l’aide d’un drone, après avoir touché les particuliers. « Il est possible de montrer autre chose qu’avec une simple caméra », note-t-il.

Un projet de passionné

Avant d’avoir changé de point vue, Yann Romby a d’abord changé de voie. Après quelques expériences dans le commerce, il a décidé d’être son propre patron. « De par mes expériences, j’ai décidé de me lancer dans l’entreprenariat. J’ai toujours voulu faire ça mais j’étais jeune et ça me faisait peur. Aujourd’hui, c’est le moment et je suis très bien aidé par Couv’Oise ce qui me permet de réaliser pleinement mon projet. Être entrepreneur, ça s’apprend ! », sourit le jeune homme.

Exit le commerce, c’est la photographie, les vidéos et le drone aujourd’hui, ses passions depuis longtemps. « Cela fait dix ans que je suis passionné de photos et de vidéos et puis je me suis acheté un petit drone pour m’amuser et je suis tombé amoureux de cet objet. Je me suis dit qu’il y a un beau projet à réaliser en combinant le tout. Je me suis donc lancé dans ma passion et mes ambitions. » Pour concrétiser son projet, Yann Romby va passer une formation de télé-pilote et le brevet de théorie d’ULM. Car, en France, la réglementation pour piloter un drone est très stricte, avec en prime un espace aérien ségrégué et réglementé : il existe quatre scénarii avec des spécificités propres, des distances à respecter et des autorisations à demander.

Pour l’heure, Yann Romby scrute le ciel pour donner la possibilité à tous de voir différemment.