Déguiz Folie : pour les petites et grandes occasions

Publié dans le numéro 3601 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Clément Lebettre propose une large gamme d'accessoires pour tous types d'événements.

Clément Lebettre propose une large gamme d'accessoires pour tous types d'événements.

C’est rue au Lin, en plein centreville d’Amiens que Clément Lebettre, Douaisis d’origine, a posé ses valises. Le 26 septembre, ce jeune homme de 24 ans y a ouvert Déguiz folie, une boutique de 60 m2 spécialisée dans la vente et la location de déguisements et accessoires festifs. « L’étude de marché réalisée au préalable montrait qu’Amiens était très prometteuse. Parmi les villes de plus de 100 000 habitants, c’était l’une des seules à ne pas proposer de déguisements à la location », explique le jeune chef d’entreprise. De plus, la forte concentration d’étudiants dans la ville était un réel atout : « Mon coeur de cible, ce sont les 13-35 ans ».

Suivi par BGE

Clément Lebettre ne s’est pas lancé dans ce commerce par hasard. Le jeune homme connaissait déjà très bien le milieu, pour y avoir travaillé en tant que salarié d’abord, puis responsable de boutique dans le Nord. « L’idée de me lancer à mon compte a commencé à germer en janvier 2015. Mais je ne me m’attendais pas à des délais aussi longs pour concrétiser mon projet », sourit-il. Grâce à l’aide de BGE, le business plan et le pré- visionnels sont vite bouclés. « Aussi bien à Lambersart qu’à Amiens, les équipes m’ont toujours bien suivi et motivé. Elles étaient toujours réactives par rapport à mes demandes », poursuit l’ancien étudiant en DUT Techniques de commercialisation. C’est au moment de trouver les fonds nécessaires à l’ouverture de sa boutique que le Nordiste rencontre des difficultés. « À 23 ans (ndlr : son âge au moment des formalités), peu de monde vous prend au sérieux… », regrette-t-il.

Des obstacles qui ont retardé de plusieurs semaines l’ouverture de Déguiz Folie. « J’aurais souhaité que tout soit en place au mois d’août pour les intégrations d’étudiants de la rentrée. Finalement j’ai pu ouvrir le 26 septembre, un mois avant Halloween, l’un des plus gros événements de l’année », se souvient Clément Lebettre. Le 31 octobre, le jeune homme a fait 250 tickets, un chiffre bien au-delà de ses espérances. « Le bouche-à-oreille fonctionne bien. Et les Amiénois ont très bon souvenir de La Fouineuse, une institution du déguisement installée comme moi dans le centre-ville, qui a fermé il y a quelques années. Cela a un impact assez positif pour ma boutique », se réjouit-il en attendant le plus gros événement de l’année, le réveillon du nouvel an.