Vitesse de croisière pour Bresle-Maritime

Publié dans le numéro 3595 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Les travaux seront achevés fin novembre.

Les travaux seront achevés fin novembre.

Picardie La Gazette : Quelle est l’histoire de ce parc environnemental d’activités ?
Brigitte Vaast : Au départ ce n’était qu’un lotissement sur le territoire de la commune de Saint-Quentin-Lamotte. Puis, il s’est développé. D’autres communes se sont greffées à Saint-Quentin, qui ne pouvait pas porter seule le parc. Cela a débouché sur la création de la communauté de communes Bresle- Maritime, de 21 communes et 33 000 habitants. Elle est interdépartementale et interrégionale, comme le parc. Depuis le début, le périmètre de ce parc a été fixé à 138 hectares. Il peut accueillir de l’industrie, du tertiaire, de l’artisanal. Les parcelles s’étendent de 2 000 m2 à plusieurs hectares. Elles sont équipées en eau, gaz, électricité, fibre optique… Le coût du foncier a été étudié au plus juste, à 12 euros hors taxes du mètre carré.

P.L.G. : 70 hectares sont aménagés… B. V. : Nous l’agrandissons au fur et à mesure. Il reste à vendre 1,8 hectares ou 3 x 6 000 m2 , et 8 parcelles sur 3 hectares. Nous prévoyons aussi une extension de 17 hectares derrière la nouvelle unité de SGD dédiée à la pharmacie.

Depuis 2009, une pépinière d’entreprises de la chambre de commerce et d’industrie Littoral normand-picard accueille de jeunes entreprises, comme Energy Team, développeur éolien, dont l’activité est principalement liée aux énergies renouvelables. Il y en a quatre qui représentent 40 salariés.

P.L.G : En effet, 2015 a été une très bonne année pour le parc… B. V. : Oui. En février, les travaux de construction de l’entreprise Pijaplast ont débuté. L’usine de 15 salariés est fonctionnelle depuis août. En mai, le parc environnemental de Gros-Jacques est devenu le parc environnemental d’activités Bresle-Maritime. Cette nouvelle identité est plus représentative du territoire : elle reflète l’appartenance territoriale à la communauté de communes Bresle-Maritime, qui en assure l’aménagement et la gestion. Ce changement de dénomination est le signe d’une réelle volonté d’aller de l’avant, avec une nouvelle dynamique, en accueillant des entrepreneurs qui participent à pérenniser, voire créer des emplois. Une garantie pour le devenir de notre territoire. En mai 2015, s’est déroulé l’audit de renouvellement de la certification ISO 14 001, norme internationale de management de la qualité environnementale, et l’enregistrement EMAS depuis 2003, règlement européen de management de la qualité environnementale. Ce même mois, l’entreprise de couverture Boclet et ses 18 salariés ont pris possession de leurs nouveaux locaux de 1 500 m2 . En juin, ont démarré les travaux d’extension de l’entreprise JMS. En septembre, le premier flacon de SGD Pharma a été fabriqué… La zone permet à des entreprises enclavées, comme Pijaplast à Woincourt, de trouver une belle vitrine tout en ne partant pas ailleurs. SGD a acheté 14 hectares : si nous ne les avions pas eus et si nous n’étions pas allés vite, le groupe aurait pu délocaliser à l’étranger. Nous avons sauvegardé 300 emplois, 40 ont été créés.

P.L.G : Quels sont les autres projets ? B. V. : Deux permis de construire sont affichés : l’un pour une entreprise de construction et le second pour un laboratoire traiteur. Deux permis de construire sont en cours d’instruction pour des activités de tertiaire. Des contacts sont en cours. La communauté de communes Bresle-Maritime va participer au salon du Midest, du 17 au 20 novembre à Villepinte. Tout cela est le fruit d’un travail de longue haleine.

P.L.G : Quel accompagnement proposez-vous ? B. V. : Nous proposons un véritable accompagnement personnalisé, que ce soit pour un artisan ou pour un grand groupe… Nous nous adaptons aux besoins des entreprises en toute confidentialité. Une équipe est à leurs côtés pour les conseiller, leur apporter des réponses efficaces. Nous bénéficions d’une dynamique de réseaux et pouvons mettre les chefs d’entreprise en contact avec les partenaires institutionnels pour obtenir des aides. Nous organisons aussi des rencontres pour favoriser les échanges, des synergies entre les entreprises du parc environnemental d’activités. Le cadre de vie sur le parc est de qualité. Le territoire industriel est majeur. Le territoire dispose d’une main-d’oeuvre qualifiée, au savoir-faire reconnu dans les métiers du verre, de la fonderie, dans la métallurgie, la mécanique, l’électronique, les énergies renouvelables… Le réseau de sous-traitants est dense. La qualité environnementale du parc est un atout économique. Cela plaît aux fournisseurs. Elle participe aussi au bien-être des usagers du parc. Nous avons même des moutons qui entretiennent certaines parcelles !

JMS voit plus grand
Le logisticien JMS en en cours d’agrandissement sur le parc environnemental d’activités Bresle-Maritime. 5 000 m2 supplémentaires lui étaient nécessaires avec l’arrivée sur la zone de l’un de ses principaux clients : SGD Pharma.
David Duputel est un gérant heureux. En 2008, il a fait construire un premier bâtiment de 4 000 m2 destiné à la logistique. En 2012, un premier agrandissement de 6 000 m2 a été réalisé. Un second de 5 000 m2 est en cours pour accueillir la production de la nouvelle entité SGD Pharma. Il sera opérationnel fin novembre. Au total, cela représente 15  000 palettes de flacons triés. À 90%, ils vont prendre la route de l’export.

Nous avons repris du terrain à notre voisin, explique David Duputel, le gérant de JMS (pour Jean, Michel et Serge, son père et ses deux oncles, fondateurs de l’entreprise familiale qu’il a reprise en 1993). SGD, avec qui nous travaillons depuis dix ans pour la logistique et le transport, nous a demandé de stocker quasiment 100% de sa production. Il n’y avait pas dans sa stratégie la construction d’un bâtiment de stockage. Les grands groupes se recentrent sur leurs activités et les activités annexes, comme la logistique, sont sous-traitées. »

Le siège social historique de l’entreprise se trouve à Flocques, en Seine-Maritime, à 8  km du parc. Spécialisée dans le transport et la logistique, elle compte 85 salariés. Le site de Saint-Quentin occupe pour le moment huit personnes. Des embauches sont annoncées à court terme.

Avantages
Pour le gérant, être installé sur le parc environnemental d’activités Bresle-Maritime a de multiples avantages. Outre une proximité avec le site historique, le parc est proche de la clientèle de JMS : des industries verrières et de la métallerie qui se situent essentiellement sur la vallée de la Bresle et le Vimeu. Travailler pour SGD et un autre verrier du Tréport, lui aussi spécialisé dans la pharmacie, lui demande une exigence sans faille et des règles à respecter. JMS est certifié ISO 9 001 et vise la certification ISO 14 001 que le parc détient déjà. « La zone est très bien aménagée, ajoute-t-il. Elle est au top. Nous nous trouvons près des autoroutes et nous avons encore moyen de nous étendre. »