Le speed-meeting des régionales

Publié dans le numéro 3595 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Speed-meeting sur l’emploi : les citoyens amiénois face aux candidats aux régionales.

Speed-meeting sur l’emploi : les citoyens amiénois face aux candidats aux régionales.

Une salle, l’espace réceptions sur Maberly, zone de Montières à Amiens, six tables thématiques et autant de candidats face à de nombreux citoyens, jeunes et moins jeunes, venus poser directement les questions qui les préoccupent. Création d’entreprise, formation professionnelle, apprentissage, et développement économique ont fait partie des sujets abordés durant les deux heures de speed-meeting bien huilées. « Cela fait plusieurs événements du même type que nous organisons. Jeune’xprime, mène depuis 2007 des actions citoyennes pour inciter la population à accomplir son devoir citoyen lors des échéances électorales via une campagne d’appel aux urnes dans les lycées amiénois mais également une campagne d’affichage incitative, l’organisation de débats d’actualité et la mise en place de ce speed-meeting pour les élections régionales à venir », explique Rémi Cardon, président de l’association qui, en partenariat avec Radio Campus et les Clubs de la Presse du Nord-Pas-de- Calais et de Picardie, a réussi à faire venir six candidats ou représentants de candidats aux élections régionales de décembre prochain. Ce fut le cas pour Nicolas Dumont pour le PS, Jean-Yves Bourgois pour LR-UDI-CPNT, Thierry Aury pour le Front de Gauche et PCF, Sylvain Blondel pour Nous Citoyens, Jean-Philippe Tanguy pour Debout a France et Sandrine Rousseau pour EELV, Nouvelle Donne et nouvelle gauche socialiste.

12 minutes face à face
Durant douze minutes chacun des candidats a pu répondre aux questions souvent très pointues des citoyens inscrits au préalable à ce speed-meeting. Et notamment en matière de lutte contre le chômage ou de l’aide à apporter aux jeunes demandeurs d’emploi. « Je suis fâchée par le taux de décrochage scolaire qui est important dans notre région. Oui il existe l’école de la seconde chance, mais il faut voir ce qui se fait dans les pays du Nord plus performants dans ce domaine. Elle est fondée sur un retour vers le système scolaire mais aussi sur l’acquisition d’une meilleure estime de soi. Je suis aussi pour un développement de la mobilité à l’intérieur de la région et à l’international », affirmait Sandrine Rousseau. De son côté, Thierry Aury a insisté sur l’une des propositions de sa liste de créer une banque publique régionale avec des prêts à taux 0 pour les PME et les collectivités locales. Pour Jean-Philippe Tanguy, il faut insister sur la formation initiale et professionnelle et lier la formation au monde du travail. Il parle d’ailleurs de « contrat de la deuxième chance professionnelle ». Jean-Yves Bourgois a lui mis en avant, entre autres, tout ce qui pourra concourir à faire accéder les habitants de la nouvelle grande région à l’emploi. « Cela passe notamment par des outils numériques innovants qui mettent en relation employeurs et demandeurs d’emploi. Et pour lutter contre le chômage des jeunes, il faut lier l’orientation à la formation en mettant le paquet sur la construction des parcours individuels ». Pour le parti socialiste, Nicolas Dumont a mis en avant le New Deal régional pour l’emploi proposé par la liste et qui repose sur le développement de l’emploi au travers de DJ, direct jeunes, en renforçant l’apprentissage.