La transition écologique, une nécessité pour la Picardie

Publié dans le numéro 3597 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Les sols picards s'appauvrissent au fil du temps à cause de l'agriculture intensive.

Les sols picards s'appauvrissent au fil du temps à cause de l'agriculture intensive.

L a crise écologique se rajoute à la crise économique et sociale qui touche la France et les autres pays. La Picardie n’est pas épargnée au même titre que les autres régions. L’augmentation des températures, due aux rejets de gaz à effet de serre, aura des conséquences sur l’environnement naturel et sur les hommes avec une accentuation des catastrophes naturelles. En particulier, les inondations qui concernent dès aujourd’hui près de 30% des communes picardes.

La Picardie de par sa situation géographique comme carrefour, son industrie chimique et sa forte activité agricole participe fortement aux rejets dans l’atmosphère et dans les sols des matières polluantes. Par ailleurs, la consommation énergétique des bâtiments reste un enjeu majeur pour la région qui possède un parc résidentiel plus énergivore que la moyenne nationale de par son ancienneté, la vétusté des équipements de chauffage et par la prépondérance d’un habitat individuel (75%). Toutefois, depuis 2006, des efforts ont été entrepris pour construire autant de logements collectifs, moins consommateurs d’énergie, que de maisons.

Un sous-sol fragilisé

Grande région agricole grâce à la richesse agronomique de ses sols, la Picardie est directement concernée par la dégradation des sols du fait de l’activité humaine. La région dispose de la plus grande surface agricole utile de l’Hexagone bien que celle-ci ait diminué de l’ordre de 2% sur les douze dernières années contre 6% pour l’ensemble des autres régions.

L’agrandissement des parcelles ainsi que les pratiques agricoles consommatrices de pesticides et de nitrates, accélèrent l’appauvrissement et la pollution des sols, des cours d’eau mais aussi des nappes d’eau souterraines engendrant des risques sanitaires pour les populations. Outre les mesures européennes et du ministère de l’Agriculture à travers le plan Écophyto pour réduire la pollution des eaux, il serait intéressant de favoriser l’agriculture biologique qui ne représente, pour l’heure, que 0,7% de l’activité agricole de la Picardie. Seulement, les grandes parcelles agricoles ne favorisent pas ce type d’exploitation. L’impact de l’activité humaine sur la qualité de l’environnement ne se réduit pas aux terres agricoles et aux surfaces artificialisées qui couvrent 6,7% du territoire de la région. Les atteintes aux écosystèmes mettent en danger de nombreux habitats naturels, entre autres les zones humides, et par conséquent d’espèces animales ou végétales. La région dispose d’une grande pluralité d’espaces naturels dont l’exemple le plus connu reste la Baie de Somme, classée Grand site de France, tant pour la richesse de sa biodiversité que pour la fragilité de cet habitat. Pour protéger ces écosystèmes de l’activité humaine, la préservation de ces espaces se fait à la fois à l’échelle internationale avec la Convention Ramsar, européenne et nationale à travers les parcs nationaux, régionaux ou encore littoraux.

Vers un développement durable

La Picardie s’est engagée dans la transition écologique en adoptant un modèle de développement plus durable en faisant participer l’ensemble des acteurs de la société et des secteurs de l’économie. Les premiers résultats sont encourageants, mais la transition vers un nouveau modèle économique et social prendra du temps et passe par la formation des jeunes dans des filières environnementales. Selon une enquête menée en 2012, 2 500 jeunes étaient inscrits dans une formation initiale en environnement, un chiffre modeste qui cache un doublement des inscriptions dans ces filières en l’espace de quatre ans, une tendance plus forte qu’au niveau national (+36%). Avec près d’un jeune sur deux qui suit une formation de niveau bac et 37% des étudiants qui poursuivent leurs études au-delà du bac +2. Par ailleurs, en 2012, l’évolution annuelle des effectifs dans les éco-activités augmentait de 3,9% avec une très forte augmentation (+11,6%) dans les énergies renouvelables. Ainsi, les énergies renouvelables, la gestion des déchets et des eaux usées pourvoyaient la moitié des emplois environnementaux en France. La Picardie est ainsi devenue la seconde région française pour la puissance de son parc éolien. Toutefois, les efforts de recherche en Picardie restent insuffisants avec 1,7% des dépenses totales de R&D des entreprises françaises qui pourrait s’expliquer par le manque d’une main d’oeuvre hautement qualifiée. La région reste malgré tout dans une dynamique d’innovation qui s’inscrit dans le développement durable avec trois pôles de compétitivité de dimension mondiale comme Industrie et Agro-ressource avec ces travaux sur la valorisation du végétal.

Alban LE MEUR