Élections régionales : le Medef fait 50 propositions aux candidats

Publié dans le numéro 3595 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Jacques Vincent (à d.) et Frédéric Motte (à g.) souhaitent que les élus et les entreprises coopèrent davantage pour créer de l’emploi.

Jacques Vincent (à d.) et Frédéric Motte (à g.) souhaitent que les élus et les entreprises coopèrent davantage pour créer de l’emploi.

La création d’emploi est la solution à beaucoup de problèmes. Jacques Vincent, président du Medef Picardie, et son homologue du Nord-Pas-de-Calais, Frédéric Motte, n’ont cessé de le répéter lors de la présentation à la presse, début novembre, du programme économique qu’ils ont bâti ensemble pour la future grande Région et qu’ils ont adressé par courrier à tous les candidats aux élections des 6 et 13 décembre.

Un leitmotiv : l’emploi
Ce programme s’articule autour de cinq piliers. Le premier concerne la gouvernance régionale et la fiscalité. Parmi les propositions figure la création d’un observatoire de la fiscalité des entreprises associant les acteurs économiques à sa gouvernance, permettant de disposer d’un suivi consolidé de l’ensemble des niveaux de collectivités et d’un véritable tableau de bord. « Vu que les caisses des collectivités sont vides, les tentations de les renflouer avec une augmentation de la fiscalité vont être nombreuses », prévient Frédéric Motte. « Ce dont nous rêvons, c’est que les décisions des collectivités aient un impact direct sur l’emploi. L’emploi doit devenir le leitmotiv », ajoute-t-il. Concernant l’aménagement du territoire, le Medef insiste sur l’importance du barreau Creil-Roissy – une « veine économique entre l’Île-de-France et la future grande Région », selon Jacques Vincent – et sur la nécessité de développer l’aéroport de Beauvais, qui draine un nombre important de voyageurs chaque année. Le canal Seine- Nord figure aussi parmi les priorités du Medef : « Des milliers d’emplois sont en jeu », affirme Jacques Vincent.

Innover, exporter
Troisième axe, le développement durable et la transition énergétique. « Le secteur du BTP va mal, la rénovation des bâtiments pourrait profiter à nos entreprises », propose Frédéric Motte. L’organisation patronale souligne également l’importance de l’éolien, notamment offshore, une filière à exploiter pour créer de la richesse et de l’emploi. Sur la recherche et le développement, le Medef voudrait que les pôles de compétitivité « prennent une envergure nationale » et que les entreprises de la grande Région « soient entraînées dans une dynamique d’innovation et d’export ». Dernier point, « le plus important » selon Jacques Vincent et son homologue : la compétence formation professionnelle. « faut une analyse précise des besoins main-d’oeuvre des entreprises » selon les deux hommes, qui proposent, entre autres, d’organiser une information systématique des jeunes et de leurs familles sur les débouchés des diplômes et de consolider la relation école-entreprise. « Il faut donner aux jeunes goût d’entreprendre et mettre des gens qui connaissent le monde de l’entreprise dans l’éducation pour orienter jeunes », précise Frédéric Motte. Enfin, l’apprentissage figure lui aussi parmi les priorités du Medef. « C’est la voie royale pour l’insertion professionnelle. Les CFA doivent se développer. »