Samara, pour découvrir l’histoire locale en s’amusant

Publié dans le numéro 3580 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Sur le site de Samara, les visiteurs pourront rencontrer un tourneur sur bois.

Sur le site de Samara, les visiteurs pourront rencontrer un tourneur sur bois.

Le parc, installé dans une propriété de 100 hectares du conseil départemental, s’étend autour d’un ancien oppidum nommé Camp César dans un cadre naturel offrant une biodiversité exceptionnelle. Le site est avant tout un haut lieu d’histoire.

Plusieurs campagnes de fouilles ont permis de découvrir les vestiges des modes de vie des populations qui se sont succédées dans la vallée de la Somme depuis des millénaires. Fort de ces enseignements, le parc de Samara reconstitue les habitats sur quatre périodes précises allant du néolithique à l’ère gallo-romaine. Cette plongée dans le passé permet de faire revivre aux visiteurs le quotidien de leurs ancêtres.

« Samara veut rendre l’histoire vivante, c’est une manière de rendre ludique l’apprentissage d’époques assez peu connues du grand public, les visiteurs s’amusent ! », précise Margot Lepage, chargée de communication.

En effet, Samara ne se contente pas de reproduire les villages, une équipe de médiateurs s’occupe également de retranscrire les gestes, les modes de vie de ces anciennes populations. ls exposent l’organisation de ces sociétés primitives. « Nos médiateurs sont tous des passionnés, ils réapprennent les savoir-faire et transmettent leurs connaissances aux visiteurs. Samara est un vrai lieu d’échanges et de partage d’expérience », explique Margot Lepage.

Outre la reconstitution, au cœur du parc, un pavillon expose sur 1 200 m² des fresques restituant les paysages et des scènes de vie sur plus de 600 000 ans.

Vivre comme nos ancêtres

Samara organise tout au long de l’année des programmes temporaires qui se déroulent sur des week-ends. Ces rendez-vous sont l’occasion pour les visiteurs de découvrir des fêtes païennes ou de vivre des événements historiques.

À la mi-août auront lieu les fêtes préhistoriques pendant lesquelles des démonstrations sur les techniques agraires et leurs évolutions seront présentées au public qui pourra notamment assister aux moissons.

Avec une fréquentation stable de 75 000 visiteurs, Samara mène une réflexion pour dynamiser son activité.

« Nous aurons bientôt la possibilité de proposer des séjours en immersion totale. Des familles pourront vivre le temps d’un week-end à l’heure gauloise en étant hébergées dans des huttes », explique la chargée de communication.

Alban LE MEUR