Picardie Investissement, 30 ans et tout son argent

Publié dans le numéro 3577 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Patrick Colin s'est fait un plaisir de faire découvrir le quatuor Annesci qu'il a déjà vu près de six fois.

Patrick Colin s'est fait un plaisir de faire découvrir le quatuor Annesci qu'il a déjà vu près de six fois.

Imaginez un clown. Il est sur un trampoline. Il veut sauter haut, il faut donc un gros trampoline. Dans l’entreprise, le trampoline, ce sont les fonds propres. La hauteur des sauts l’endettement. L’ensemble doit financer les projets. Le boulot de Picardie investissement est de contribuer à fabriquer un gros trampoline avec les autres investisseurs afin d’assister l’entreprise à lever de la dette. » Patrick Colin, le président de Picardie investissement, a résumé par une métaphore le travail réalisé depuis 30 ans par PI à l’occasion de la soirée organisée le jeudi 2 juillet à l’auditorium de la CCI Picardie à Amiens.
PI est une entreprise de financements à l’origine lancée par des politiques. Walter Amsallem, ancien président de la région Picardie (1983-1985), a entrepris de créer PI pour venir en aide à Motobécane. À l’époque, l’entreprise en difficultés a failli écrire la fin de son histoire. C’est suite à une dérogation accordée par Jacques Delors, alors ministre des Finances, que la Région a pu lancer cette société de capital risque en 1985. C’était une première à l’époque. Aujourd’hui, l’entité régionale n’est plus la principale actionnaire. Elle dispose de 34,5% des parts.
Patience et croyance dans les projets
Pour autant, l’idéologie même des débuts n’a pas dévié. L’objectif est de venir en aide aux entreprises n’ayant pas trouvé d’autres solutions. Point Vision en est un excellent exemple.
« Picardie investissement a vraiment cru en nous. Lorsque l’on est venus les voir, on avait juste un powerpoint en poche », raconte amusé Raphaël Schnitzer, cofondateur du groupe Point Vision. L’entreprise permet d’accéder rapidement à des soins ophtalmologiques pas chers. Aujourd’hui, PI est sorti du capital de l’entreprise trois ans après l’avoir intégré. Au passage, elle a considérablement multiplié ses gains. L’autre raison d’être de PI est sa patience. « Picardie investissement a quelque chose que je n’ai pas. La patience. » Éric Goupil, le président d’Unither l’avoue sans concessions. Le propre des investisseurs est un retour rapide sur investissement. PI n’est pas dans la même logique que la plupart des fonds de pension. L’objectif est d’accompagner, d’aider comme ce fut le cas avec Perouse medical, vendu début juillet par son fondateur Éric Perouse. En définitive, PI vit bien et continue d’investir et de créer de l’emploi sur le territoire.

Picardie Investissement en chiffres
– Sur les dix dernières années :
– Capitaux investis : 89 millions d’euros
– Investissements financés 818 millions d’euros
– Effet de de levier : x 9
– 72 participations sur la Picardie
– 12  393 emplois créés en Picardie

Alexandre BARLOT