Les pépinières amiénoises entrent dans l’âge adulte

Publié dans le numéro 3576 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Lors de la présentation : Laurence Rataux, responsable développement à Amiens Métropole, Daniel Chenal et Philippe Dessaint.

Lors de la présentation : Laurence Rataux, responsable développement à Amiens Métropole, Daniel Chenal et Philippe Dessaint.

C’est à la pépinière d’entreprises Jules-Verne, dans la zone d’activités de Boves, que la CCI Amiens-Picardie, en partenariat avec Amiens Métropole, a décidé de fêter l’anniversaire des 15 ans de ses pépinières d’entreprises et d’en profiter pour dresser un bilan. Pour Pillippe Dessaint, vice-président de la CCI, c’est une évidence : « Le rôle de la chambre est d’accompagner les entreprises et d’offrir aux créateurs toutes les conditions de la réussite. »

Il poursuit, pour justifier les atouts des pépinières : « Le parcours est long et parfois semé d’embûches, pour le créateur, alors c’est important d’avoir à disposition des petites choses : un fax, un photocopieur, un petit service d’assistanat et surtout un conseiller ou animateur à proximité et à qui peut exposer une difficulté ou un problème. » Voilà pour expliquer le rôle de la CCI, « aménageur, mais également partie prenante dans l’accompagnement ».

Septention et le L@b’

Daniel Chenal, directeur des pépinières, entre ensuite dans le détail : « C’est en 2000 que la première pépinière a été ouverte, rue Alexandre-Dumas. Elle s’est ensuite installée ici, au pôle Jules- Verne (15 ateliers et 212 bureaux). Deux petites sœurs ont été créées, à partir de 2010, avec la signature d’un partenariat avec Amiens Métropole : Septention (ex Atrium), dans la zone franche d’Amiens Nord (neuf bureaux), et le L@b’, dans le quartier Gare-La Vallée (16 bureaux). » Cet espace doit d’ailleurs être étendu, avec 400 m² supplémentaires.

Il poursuit, en s’enthousiasmant : « En 15 ans, 363 emplois ont été créés dans les pépinières et 135 entreprises ont été pérennisées. » Il faut noter que les entreprises Cartouches plus et Picardie formation tirent les chiffres vers le haut. La dernière citée affiche un effectif de 73 salariés. Il est aussi à signaler que la majorité des entreprises, qui optent pour un hébergement en pépinière, exercent dans les activités de services, à destination des particuliers ou des entreprises. Un autre motif de satisfaction avancé par Daniel Chenal, concerne la pérennité des entreprises accueillies et accompagnées : 75% à cinq ans, alors que la moyenne en Picardie est de 53%, et au niveau national, de 52%.

Un sondage auprès des utilisateurs a permis d’établir un taux de satisfaction très important et ces derniers recommandent chaudement les bienfaits des pépinières, en soulignant le suivi économique important, les loyers avantageux, la mise en réseau, les manifestations internes régulières et le club Peps. Des créateurs d’entreprises ont été invités, pour le bilan des pépinières. Il s’agit des derniers arrivés dans le dispositif. On peut citer : Séverine François, qui a lancé Saponaire consulting, pour exercer en particulier dans l’audit des dispositifs médicaux. Laurent Dachy, avec LD paysages, qui travaille désormais avec un employé dans son entreprise paysagiste. Arthur Gentit a présenté lui la société Cega pharma, qui intervient pour apporter des solutions informatiques à un réseau de pharmacies. Ewill, qui emploie quatre personnes apporte des solutions techniques en open source, et Énergie solaire partenaire, intervient elle dans les bonnes pratiques de l’énergie solaire.