Le musée de Picardie à Amiens voit plus grand

Publié dans le numéro 3577 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

L’imposant bâtiment situé rue de la République à Amiens est visible de loin avec ses grandes grilles couleur argent et ses allures de petit château. « Les deux architectes qui l’ont conçu, Henri Parent et Arthur Diet, se sont inspirés du palais du Louvre », note Hélène Lefèvre, en charge de la communication. Sa grande cour arborée et ses tours latérales rappellent bien le célèbre monument parisien. Le hall d’entrée est tout aussi majestueux, dominé par une fresque représentant les armoiries des Antiquaires de Picardie, depuis devenues l’emblème de la ville d’Amiens. C’est pour rassembler les antiquités de la région que la société a décidé de construire le musée à partir de 1855.

Celui-ci a ouvert ses portes en 1867, date à laquelle il a été restitué à la ville qui avait fourni le terrain. Depuis, les seuls travaux effectués remontent au milieu des années 1980. « L’accueil, l’escalier d’honneur et les peintures de Puvis de Chavannes qui y sont exposées avaient été rénovées », précise Hélène Lefèvre. À cette époque, le musée accueillait encore 80 000 visiteurs par an. Ils ne sont plus que 40 000 aujourd’hui. Des travaux d’envergure, qui démarreront en septembre pour s’achever en 2018, sont prévus pour augmenter la fréquentation. « Nous souhaitons créer les conditions pour que le musée joue pleinement son rôle d’attractivité régionale et touristique et que sa fréquentation soit portée à 100 000 visiteurs par an », détaille Hélène Lefèvre. « C’est possible. Nous ne sommes pas loin de Paris et avons la possibilité de raccrocher les touristes étrangers qui viennent à Amiens voir la cathédrale, comme les Chinois, de plus en plus nombreux. Il y aura un travail de communication à faire pour y parvenir. »

1 900 mètres carrés en plus
Pendant les travaux, 3 000 des 5 000 mètres carrés seront fermés au public. Une grande partie de la collection sera donc conservée dans la réserve, déjà bien remplie. « Le musée dispose de 60 000 pièces, objets et tableaux

Daniel Buren au musée de Picardie

Les Tmuvres de l'artiste sont visibles dans le grand salon.

Les oeuvres de l'artiste sont visibles dans le grand salon.

L’artiste était à Amiens le 20 juin pour présenter sa nouvelle exposition d’art contemporain Les flèches, travail in situ et en mouvement au musée de Picardie. Celle-ci sera visible jusqu’au 31 octobre 2015. Les toiles rayées ont investi le grand salon du musée où elles cohabitent avec les tableaux grands formats du musée. Le public est invité à quitter la vision frontale des œuvres pour déambuler et les découvrir en contournant les flèches. Le regardeur est aussi invité à un aller-retour entre les œuvres monumentales exposées et les peintures en l’attente d’une place sur le mur, à moins qu’elle ne se trouvent mieux posées là.

Parmi les 60 000 objets du musée, une bonne partie est conservée en réserve.

Parmi les 60 000 objets du musée, une bonne partie est conservée en réserve.

confondus. Nous n’avons pas la place pour tout exposer », sourit la chargée de communication. Les frères Duthoit, Lavallard ainsi que le peintre Albert Maignan ont largement contribué à la collection du musée à travers de nombreux dons. Grâce aux travaux, 1 900 mètres carrés supplémentaires viendront s’ajouter à la surface existante. Montant de l’opération ? « Il change trop souvent pour être encore dévoilé », lâche Hélène Lefèvre. Le projet comprend la restauration du palais pour les Arts, la transformation du pavillon Maignan et une extension neuve qui abritera un auditorium et une salle pédagogique. « Nous pourrons accueillir davantage de groupes à l’avenir », précise Hélène Lefèvre. Objectif, rendre également accessible à tous l’entrée au musée. Une accès qui ne se fera plus par la rue de la République mais par la rue Puvis de Chavannes en façade ouest, l’accueil actuel n’étant plus vraiment conforme. « C’est devenu compliqué au niveau de la gestion des flux, surtout quand il y a des groupes », note Hélène Lefèvre, dont le bureau, comme celui des autres agents administratifs et de direction, sera rapatrié sur le site du musée. Une boutique-librairie et un espace de détente et petite restauration seront créés, accessibles depuis l’intérieur et l’extérieur. Des recettes supplémentaires potentielles qui seront les bienvenues compte-tenu des restrictions budgétaires que subit le milieu culturel.

Informations pratiques
– Téléphone : 03 22 97 14 00
– Fermé le lundi et les jours fériés sauf le 15 août
– Tarifs : 5,50 euros tarif plein / 3,50 euros tarif réduit
– Gratuité pour tous les 1ers dimanches de chaque mois Informations pratiques
– Gratuité des espaces de collections permanentes pour les abonnés, les moins de 26 ans, les bénéficiaires du RSA et l’accompagnateur d’une personne handicapée.
– Gratuité pour tous les jeudis à partir de 19 heures, collections permanentes et conférences.