Éclosia, bienfaiteur des éco-entrepreneurs

Publié dans le numéro 3577 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Cinq prix ont été remis lors de la cérémonie en présence de nombreux élus.

Cinq prix ont été remis lors de la cérémonie en présence de nombreux élus.

Éclosia est un accélérateur à l’échelle locale. Cela m’a apporté une visibilité et m’a donné un coup de pouce financier. » Benjamin Mendou, lauréat l’an passé, ne tarit pas d’éloges à l’égard de ce concours mettant en valeur les éco-activités innovantes. Pour ce qui est de la 5e édition, cinq entrepreneurs ont été récompensés jeudi 2 juillet à Amiens.
Le conseil départemental de la Somme est à l’origine de ce concours en 2010 dans le cadre d’un partenariat avec le conseil régional de Picardie. Un budget de 50 000 euros est alloué pour accompagner la création, le développement et l’implantation dans le département d’éco-activités. Éclosia est de portée nationale. Son objectif est d’attirer des entreprises innovantes sur le territoire samarien et de venir en aide à celles déjà présentes. Le but est aussi de faire émerger et soutenir des activités peu ou pas présentes dans la Somme.
Des entreprises jeunes et innovantes
« Toutes ces entreprises sont jeunes. Elles ont moins de cinq ans d’activité, ce qui représente l’avenir », a lancé à l’entame de la cérémonie Emmanuel Maquet, vice-président du conseil départemental en charge du développement économique et de la création d’emplois. La volonté de soutenir des idées ou des activités innovantes se retrouve chez les profils des éco-innovations des récompensés. Gilles de Poncins, le quatrième lauréat, a bénéficié d’un prix pour sa bûche Kali dure. Cette dernière, censée se consumer plus lentement et diffuser la chaleur plus longtemps, est commercialisée depuis 2013 par le biais de Gica biomasse. Reynald Thellier, le coup de cœur du jury, a lancé Ruche & services en décembre 2014. Il propose la location, la mise en place, l’entretien, le stockage et le suivi sanitaire et vétérinaire de ruches. Philippe Peultier, le troisième lauréat, a lancé son entreprise, Easymetha, en 2015.
Il a conçu un nouveau type de digesteur adapté au fumier et aux produits secs. Le second lauréat, Sébastien Rubigny, a été récompensé pour sa machine composée d’un déchiqueteur et d’un dispositif de compaction des déchets. Il souhaite désormais créer une entreprise dédiée à la fabrication de Biocost. Enfin, le vainqueur du prix de 15 000 euros, Thomas Lecureux voit dans cette récompense un « levier pour commencer ». Il s’est installé à Buigny-les- Gamaches pour se lancer dans la production, la transformation et la valorisation des plantes aromatiques et médicinales. Son activité est encore en cours de création.
En définitive, « ce concours permet de montrer que l’écologie et l’entreprise son compatible », pourrait-on conclure en reprenant les mots de Barbara Pompili, députée samarienne EELV.

Éclosia en chiffres :
– 19 dossiers déposés pour cette édition
– 4 lauréats et 1 coup de cœur récompensés en 2015
– 50 000 euros de dotations par an
– 20 projets récompensés depuis 2011 Un réseau d’une cinquantaine d’éco-entreprises accompagnées en 5 ans
– 30 sont en activité – 20 sont en cours de création

Alexandre BARLOT