Ça plane pour Aérial prod

Publié dans le numéro 3580 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La baie magnifiée par le drone d’Octave Despointes.

La baie magnifiée par le drone d’Octave Despointes.

Ancien professionnel de l’immobilier sur Abbeville, Octave Despointes a changé complètement de vie. Il s’est lancé dans la création de photos et de vidéos aériennes par drone. Une activité encore discrète en Picardie Maritime mais qui est en plein essor. Il est surpris de signer autant de contrats. Preuve qu’il apporte un vrai service pour les professionnels.

De nouveaux angles

« Je cherchais à travailler dans un autre domaine que l’immobilier. Un jour, sur Internet, je suis tombé sur des vidéos réalisées par des drones. Ca m’a interpellé de voir des lieux que je connaissais bien filmés sous de nouveaux angles. On ne les verra jamais de nos yeux comme un drone nous permet de les contempler. J’ai trouvé ça vraiment sympa. » Octave Despointes passe donc son brevet d’ULM à Beauvais avant d’intégrer une école de pilotage. Son drone est homologué par la DGAC (Direction générale de l’aviation civile).

Le créateur dispose aussi d’une autorisation préfectorale valable un an pour tout le nord de Paris. Car filmer avec un drone est une activité très réglementée. Octave Despointes demeure à Pinchefalise, près de la baie de Somme. Il entend bien mettre en avant les professionnels du tourisme à travers l’un des plus beaux estuaires du monde.

Il a déjà réalisé des films pour plusieurs hôtels de la côte picarde. Certains d’entre eux se trouvent au bord de falaises ou de la baie. Lorsque le drone s’élève et filme les établissements vus du ciel avant de survoler les montagnes crayeuses ou l’immense baie, la magie opère instantanément.

La musique renforce ce sentiment de beauté.

Comme au cinéma

« Avec un drone, on peut réaliser de beaux travellings comme au cinéma, ajoute Octave Despointes, qui a été épaulé dans l’aventure de sa création en micro entreprise par l’association Compétences pour l’entreprise de Chepy. Le drone reste stable même quand il y a du vent. Je suis un véritable autodidacte. J’ai toujours été passionné par la photo, la vidéo, le montage. »

Il est en contact avec des hôteliers, des campings, des offices de tourisme… Il songe même à se faire connaître des entreprises du Vimeu : « Souvent, leurs bâtiments sont beaux. Réaliser des vidéos est plus informatif pour elles que de proposer de simples photos. C’est aussi un gage de qualité auprès des clients et des fournisseurs. J’ai mis en place un forfait à 900 euros. »

Le 12 septembre il organisera en collaboration avec la mairie de Fort-Mahon, Le Beach Art Festival. Il se déroulera comme son nom l’indique sur la plage. Le but sera de dessiner sur le sable. Les œuvres éphémères seront ensuite immortalisées par drone. Pour le moment, 140 personnes sont inscrites.