La zone du Pontoile, une vitrine pour Saint-Quentin

Publié dans le numéro 3571 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

L’architecture apporte une touche de modernité pour cette entrée de ville.

L’architecture apporte une touche de modernité pour cette entrée de ville.

Située à un carrefour stratégique, le long du boulevard urbain le plus fréquenté (30 000 véhicules par jour) et accédant au centre-ville, l’ex-friche du Pontoile donnait à la cité des Pastels des airs de déclin économique. Cette situation a perduré pendant une dizaine d’années suite au départ des ateliers techniques de l’agglomération. Le passé laisse aujourd’hui place à une zone commerciale aux bâtiments modernes. Cela donne à ce quartier une nouvelle dynamique engagée, il y a deux ans avec l’arrivée du fast-food KFC et l’aménagement de la chaussée. Propriétaire des lieux, l’agglomération de Saint-Quentin a cédé, en 2012, au promoteur lillois Sopic ce terrain de 22 000 m2 pour y aménager une zone commerciale. Les travaux ont été lancés début 2014. Les premiers magasins ont ouvert au public mi-mai.

Une véritable vitrine pour l’agglomération

Pour Sopic, ce projet « apporte une réponse au déficit de petits commerces de la zone. » Le groupe nordiste a façonné une offre commerciale de proximité nouvelle et complémentaire, calibrée en fonction de la demande locale sur plus de 6 000 m2 . Ce savoir-faire « d’assemblier » a permis à Sopic de fédérer un ensemble d’acteurs dans un temps record sur ce programme. Pour entreprendre cette requalification, le groupe Sopic a investi plus de dix millions d’euros dans le projet.

« La qualité ainsi que l’harmonie du programme architectural et paysager parachève la métamorphose de cette friche en véritable vitrine pour l’agglomération », explique-t-on à l’agglomération de Saint-Quentin. Le regroupement de cette offre assure une conception homogénéisée et cohérente des constructions, reconstituant un front bâti à relief dynamique. « Résolument moderne, épuré et fonctionnel, cet ouvrage propulse l’agglomération dans son avenir », poursuit-on à la commune. Le site comprend plus de deux cents places de parking. Il est agrémenté de nombreux espaces arborés et il privilégie les liaisons douces, piétonnes et cyclables.

Plus de soixante-dix emplois créés

Une dizaine d’enseignes a décidé de s’implanter sur cet espace stratégique comme Grand frais, le restaurant Pizza Del’Arte, Bureau vallée, la boulangerie Marie Blachère, Shop coiffure (vente et conseils spécialisée dans les produits de beauté, coiffure et esthétique), Passage Bleu (concept qui réunit coiffure, beauté, esthétique, épilation, maquillage, soins des mains, massages pour le bien-être, la détente) ou encore Fleurs & Nature. Thiriet a décidé d’y transférer son magasin situé un peu plus loin.

À ces enseignes, devrait s’ajouter le transfert d’une pharmacie. Au total, ce sont entre soixante-dix et cent emplois qui devraient être créés à terme.

Si le consommateur se dit ravi de l’arrivée de ces nouvelles enseignes, ce n’est pas le cas des commerçants du centre-ville qui voient d’un mauvais œil cette arrivée massive et concentrée. Beaucoup d’entre eux s’inquiètent déjà d’une fuite d’une partie de la clientèle vers la zone du Pontoile.