Colas innove dans la métropole amiénoise

Publié dans le numéro 3568 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le produit Slurry a été utilisé pour la réfection de trottoirs dans un hameau de Cagny.

Le produit Slurry a été utilisé pour la réfection de trottoirs dans un hameau de Cagny.

Colas Nord-Picardie a décidé de voir grand pour la présentation de ses nouvelles techniques, mises en application dans l’Amiénois. Pas moins d’une cinquantaine de personnes (élus, décideurs publics, responsables de filiales…) a été conviée à une visite de chantier qui se voulait insolite, sous un beau soleil printanier. Le cadre de la base de loisirs et de nature de Camon, au bord de la Somme et à proximité des hortillonnages, est un endroit idéal pour accueillir le nouveau revêtement Urbalith. C’est probablement pour cette raison que les responsables de la métropole amiénoise l’ont choisi pour recouvrir la nouvelle voie verte en cours d’aménagement le long de la rue Gambier. Cette allée, à la fois piétonne et cyclable, se fond dans la nature et l’espace environnant grâce à sa couleur jaune sable.

Pour Colas Nord-Picardie, il s’agit d’afficher une démarche de l’entreprise « en faveur d’une route plus responsable », tout en assurant « un aspect esthétique et naturel du revêtement » et en garantissant « un grand confort pour l’usager ». De fait, Urbalith est présenté comme un revêtement à haute qualité environnementale, issu du mélange à froid de granulats et d’un liant organo-minéral. Transparent après le séchage, le liant met en valeur la teinte naturelle des matériaux utilisés.

En clair, on n’utilise que des produits naturels et, en fonction de la couleur de départ des granulats (sable), le rendu est restitué. On peut ainsi définir avec l’aménageur les tons qui vont être en harmonie avec le lieu d’implantation et en phase avec le respect de l’environnement, mais aussi esthétique. Urbalith est bien adapté aux chaussées à faible trafic comme les espaces piétonniers, les chaussées pour cycles ou les véhicules légers occasionnels.

C’est également à destination des aires publiques, allées, places, parvis, accès privatifs, itinéraires cyclables, chemins forestiers, voies pédestres, voies vertes, trottoirs, terrepleins centraux, accotements, intérieurs de giratoire. Cela peut aussi être pour les parkings destiné aux véhicules légers à faibles contraintes de cisaillement, les sites classés ou les sites architecturaux.

Slurry, pour rénover les trottoirs

Le second procédé présenté, Slurry, s’inscrit plus dans un aspect économique, même si on peut également noter la rapidité et l’efficacité de son application. La démonstration a été faite dans un hameau de Cagny, où les trottoirs, bien abîmés, ont été rénovés en l’espace d’une journée, grâce à l’ajout d’une couche de bitume noir. « Avec ce procédé, on peut réaliser 500 mètres de trottoir dans la journée et cela coûte cinq fois moins cher que de refaire complètement le revêtement. Lorsque l’on voit l’état des finances, en particulier des petites communes qui doivent faire des efforts budgétaires, c’est un procédé qui peut leur convenir », signale un technicien de Colas Nord- Picardie.

Slurry est un produit qui a été mis au point par la filiale anglaise de Colas. C’est un procédé à froid, à base d’émulsion de bitume, pour réhabiliter les trottoirs ou parkings endommagés.