Le MUDO-musée de Beauvais, dans l’air du temps

Publié dans le numéro 3559 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La nouvelle table tactile du musée attire les visiteurs.

La nouvelle table tactile du musée attire les visiteurs.

Installé dans l’ancien palais des évêques comtes de Beauvais et implanté au cœur de la ville, le MUDO-musée est classé monument historique. Dès l’entrée, les changements sont flagrants : le châtelet d’entrée du XIVe siècle a été totalement rénové pour faire réapparaître les voûtes. Ces changements se voient de la cour, où les cadrans des fenêtres du Palais même ont été magnifiés, jusqu’à l’intérieur du Palais, où des nouvelles couleurs et un nouvel aménagement ont fait leur apparition. La visite est agréable, le musée est lumineux et les œuvres sont remarquables. « Avec cette rénovation de grande ampleur, nous avons atteint un musée de qualité. Il propose des outils d’innovation et tout ce qu’un musée moderne peut proposer aujourd’hui, explique Carole Michel, la responsable de la communication du musée, nous avons voulu faire dialoguer les œuvres du XIXe siècle avec l’art contemporain et créé un mélange des arts. »

Et le résultat est là. À l’aide des nouvelles technologies, les visiteurs peuvent, dès leur arrivée, apercevoir une mise en perspective des œuvres par un artiste d’aujourd’hui, sur un écran, ou encore, plus haut, contempler l’œuvre de Thomas Couture, immense, rénovée grâce au mécène qui ont répondu au financement participatif lancé par le musée il y a quelques mois.

Le numérique débarque Le deuxième étage du Palais, là où les œuvres du XIXe siècle sont exposées, est totalement transformé. Désormais, des guides multimédia sont disponibles, mêlant images, son et vidéos, pour expliquer les œuvres lors d’une visite complète du musée. Au centre de toutes les attentions, une table tactile. Cette dernière met en exergue les œuvres, les dates, le lieu ou encore l’histoire, selon les envies de chacun. « Cet outil de médiation permet une découverte ludique des œuvres, surtout pour les familles car elle peut être utilisée par plusieurs personnes à la fois. Elle a été conçue par l’agence Mazedia qui s’est occupée du nouveau musée de Lens », continue Carole Michel.

Dans ce Palais, des outils de communication se cachent pour une autre utilisation de ce lieu emblématique. Il est maintenant possible d’organiser des conférences, des meetings ou des concerts dans l’ancienne salle de réception des évêques, où ancienneté et modernité (écran…) se mélangent. Pour l’heure, le musée se découvre à travers une nouvelle programmation, riche en découverte et surprise.

La restauration en cinq étapes

La restauration a débuté en 2012, sous la direction d’Étienne Poncelet, architecte en chef des monuments historiques et porté par le Conseil général de l’Oise.
– Août 2012-septembre 2013 : la restauration du campanile.
– Mars-novembre 2013 : la restauration des voûtes sous porche.
– Mars-août 2013 : la restauration de la salle aux sirènes.
– Septembre 2012-décembre 2014  : la mis en valeur du Palais Renaissance.
– Novembre 2013-décembre 2014  : l’aménagement muséographique du premier étage du Palais Renaissance.