AB courtage Amiens, un professionnel des crédits… aux professionnels

Publié dans le numéro 3561 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Brahim Guerfi entouré de son équipe : à gauche Rodolphe Dassonville, à droite Sophie Morcant.

Brahim Guerfi entouré de son équipe : à gauche Rodolphe Dassonville, à droite Sophie Morcant.

Après avoir travaillé de 1998 à 2001 à la Caisse d’Épargne, Brahim Guerfi a rejoint un organisme de crédit avant de devenir courtier en crédit immobilier indépendant dans l’Oise, en 2006. « J’ai rencontré en mars 2014 Ari Bitton, le fondateur d’AB courtage, qui m’a fait part de sa volonté d’ouvrir une agence à Amiens », explique le conseiller, séduit par la force de frappe et les capacités marketing de ce réseau fondé en 2003. Celui-ci est devenu en septembre 2014 une filiale d’un géant du secteur, le courtier en assurances Assu 2000. Lancé en 1975, ce groupe est actuellement le premier réseau de courtage en France, avec près de 400 points de vente, 500 000 clients, plus de 1 000 collaborateurs et un chiffre d’affaires consolidé de 93 millions d’euros pour 2013.

« D’ici cinq à six ans, je pense que le secteur en France ne sera plus composé que de quatre à cinq grands réseaux », prophétise Brahim Guerfi, pour qui « la région d’Amiens avait un gros potentiel ». Cependant, il a fallu créer un tissu professionnel et se faire connaître.

La carte de la recommandation

Brahim Guerfi a lancé un vrai travail de fond sur les réseaux tels que la CGPME, le Medef, le Club des communicants, etc. « Il a fallu travailler notre notoriété. Pour nous mettre le pied à l’étrier, nous avions les demandes faites via le site d’AB courtage », relate le conseiller, qui a bénéficié d’une conjoncture plutôt favorable pour la renégociation des prêts immobiliers.

Négocier et sélectionner les meilleures solutions pour le client, c’est la mission du courtier en crédit qui doit mobiliser le bon établissement bancaire. « Nous travaillons à 50% avec des particuliers et à 50% avec des professionnels. Généralement le traitement d’un dossier prend, respectivement, entre cinq et dix jours ouvrés », explique Brahim Guerfi, assisté par Sophie Morcant de la société d’assistance commerciale externalisée Be So In.

Le conseiller mise sur les recommandations et les parrainages, avec un système d’avantages pour les clients satisfaits recommandant ses services. Dans cette activité, on comprend que la confiance et la crédibilité que procure une recommandation sont essentielles.

Pour les professionnels

Être courtier en crédit immobilier nécessite des talents de commerciaux, mais aussi de réelles capacités techniques, spécifiquement pour les dossiers des professionnels (crédit-bail, achat de fonds de commerce ou création d’activité par exemple), comme le précise Brahim Guerfi : « Il y a une technicité plus forte, il faut travailler en amont pour se plonger dans l’environnement financier et économique de la société en étudiant le bilan, la trésorerie, etc. ». Ce qui constitue « un challenge intellectuel très motivant », rajoute le conseiller.

Ce dernier souhaite se spécialiser encore davantage dans les dossiers professionnels. Autre projet pour son agence AB courtage : élargir son équipe courant 2015.