Les entreprises s’ouvrent à l’école

Publié dans le numéro 3535 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Jean-Yves Duprat, enseignant au collège Jacques Monod à Compiègne, partage avec les enseignants présents son expérience de l’entreprise.

Jean-Yves Duprat, enseignant au collège Jacques Monod à Compiègne, partage avec les enseignants présents son expérience de l’entreprise.

Méconnue des plus jeunes, l’entreprise est souvent en mal de recrutement et subit une mauvaise image. Pourtant, de nombreux secteurs d’activité recrutent, comme la métallurgie. Aujourd’hui, un grand nombre d’entreprises se sont ouvertes aux nouvelles technologies, faisant de ces lieux un concentré d’innovations. « Le CJD a eu l’idée de confronter le monde de l’éducation et le monde de l’entreprise. Le but est que les élèves de collèges voient autrement l’entreprise ou la découvrent pour ensuite qu’ils soient leur propre acteur de leur parcours professionnel et de leur avenir », explique Claude George, président du CJD de Compiègne. De cette idée est né un projet : L’Entreprise, c’est pas sorcier, parrainé par l’animateur Jamy Gourmaud. Cette initiative prévoit de faire rencontrer 23 parrains du CJD, 23 entreprises, 23 enseignants et 8 collèges (publics et privés) du compiégnois, soit 700 élèves.
Du côté de l’éducation, les enseignants auront comme mission de consacrer du temps durant leur cours pour évoquer le monde de l’entreprise avec leurs élèves, à l’aide d’outils pédagogiques proposés par le CJD et complétés par chaque enseignant, et de visiter une entreprise avec leur classe. « Notre objectif est de faire découvrir nos entreprises d’aujourd’hui et leurs métiers, valoriser le savoir-faire du territoire, distiller l’esprit d’entreprendre auprès des jeunes et de montrer le potentiel économique autour de chez eux », précise Xavier Ruggeri, dirigeant de Meubles Ruggeri à Compiègne et parrain CJD du projet.

L’entreprise, qu’est-ce-que c’est ?

Ce projet tourne autour d’une thématique phare : Et si les enfants réinventaient l’entreprise ? Cette idée place l’entreprise dans la société et lui rend un rôle primordial. Pour le président du CJD « c’est notre rôle, à nous, chefs d’entreprises, d’ouvrir nos portes et d’accompagner les jeunes dans leurs choix professionnels. Nous devons le faire ». Avant de lancer cette opération version grandeur nature, un test a déjà été effectué au collège Jacques Monod de Compiègne, où l’expérience a été bien accueillie de la part des enseignants. « L’expérience a été très riche pour les élèves et pour moi, enseignant. Chacun choisit sa méthode pédagogique et les élèves restent très intéressés par la question de l’entreprise car, finalement, ils connaissent très peu ce monde, comme les enseignants. L’intérêt est de faire réfléchir les élèves et de susciter des idées », explique Jean-Yves Duprat, enseignant qui a participé au test. Dans l’optique d’ouvrir la vision de l’entreprise à un large public, le CJD organise une grande journée et soirée le 14 novembre en compagnie de Jamy Gourmaud, ouvertes à tous, durant lesquelles les élèves échangeront, sous formes d’ateliers et d’animations, leur expérience vis-à-vis de l’entreprise.