Ça déménage au CHU

Publié dans le numéro 3534 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La formation des futurs praticiens est un des axes majeurs du CHU.

La formation des futurs praticiens est un des axes majeurs du CHU.

La structure actuelle du CHU Amiens-Picardie rendait complexe le déploiement optimum de nouvelles modalités d’organisation : quatre sites dispersés sur l’agglomération dont un site pavillonnaire, démultiplication voire doublonnement des éléments de plateaux techniques (quatre sites opératoires et de radiologie…), conception architecturale ancienne, dispersion des énergies, lisibilité difficile pour les patients, organisation logistique complexe. Le CHU a donc décidé de regrouper son offre de médecine, chirurgie et obstétrique aujourd’hui sur quatre sites : l’hôpital Nord, le Centre de gynécologie obstétrique, le centre Saint-Victor, le groupe hospitalier Sud. Grâce à la construction d’un bâtiment neuf de plus de 120 000 m2 et à la réhabilitation de l’actuel bâtiment de l’hôpital sud, l’ensemble des activités MCO seront regroupées en 2016 sur le site sud, le site de Saint-Victor conservant les activités de moyen et long séjour gériatrique, ainsi que les soins palliatifs. Aujourd’hui, un tiers de l’offre de soins est maintenu sur le site nord pendant la réhabilitation. Pendant une période de deux ans jusqu’en 2016 ces opérations tiroirs complexes vont entraîner le déménagement provisoire de certains services.

2009 : début des travaux
Des premières études de faisabilité à la réalisation complète du regroupe- ment en 2016, les principales étapes menant à une restructuration complète du CHU Amiens-Picardie furent l’ouverture du centre de biologie humaine en 2012, l’ouverture de la pharmacie et de la plateforme logistique en 2013 pour arriver en 2014 à l’installation du Centre régional et universitaire de cancérologie. En novembre, les travaux de réhabilitation de l’actuel hôpital Sud seront lancés. En tout, ce sont 632 millions d’euros qui ont été investis. « Le CHU Amiens-Picardie est l’établissement public de santé de référence et de recours de la région Picardie. Il doit à ce titre proposer une offre de qualité à dimension hospitalo-universitaire dans les trois missions constitutives d’un CHU, à savoir le soin, l’enseignement et la recherche. Il doit aussi conforter et renforcer son positionnement en tant que pôle d’excellence régional au service des Picards et attractif pour les professionnels de santé », souligne Catherine Geindre, directrice générale de l’établissement dont l’effectif total est de 5 649 salariés dont 475 praticiens.

Équipements de pointe
En plus des 30 salles de blocs opératoires, des cinq salles d’imagerie interventionnelle, des quatre scanners, trois accélérateurs de particules, deux IRM 3 Tesla, du plateau d’explorations fonctionnelles du système nerveux, de la pharmacie centralisée avec un robot de stockage, des six salles de travail, le nouveau CHU disposera de « tortues » pour approvisionner les services : tous les types d’approvisionnement tels que médicaments, dispositif médicaux, archives ou repas seront acheminés via ces « tortues » ou AGV, Automatic Guided Véhicles, dans les services de soin. « Lorsque je suis arrivé en 1971 pour pratiquer la médecine dans cet hôpital on me disait « vous verrez bientôt nous allons vous construire un CHU au sud. » J’arrive pratiquement à la retraite et le voilà enfin, un établissement qui va offrir toutes les modernités à l’ensemble des Picards », se réjouit Jean-Pierre Canarelli, chirurgien et président de la Commission médicale d’établissement.