Bistrots de Pays, label gourmand

Publié dans le numéro 3533 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Philippe Enjolras (à g.), président de la CCI Oise, en présence du cafetier Frédéric Louvet, lors du lancement de l’opération "jazz manouche" dans les Bistrots de Pays isariens.

Philippe Enjolras (à g.), président de la CCI Oise, en présence du cafetier Frédéric Louvet, lors du lancement de l’opération "jazz manouche" dans les Bistrots de Pays isariens.

Bistrot. Cette appellation désigne un « débit de boisson », ou un « troquet ». Pourtant, dans de nombreux établissements sous ce nom se cachent une cuisine authentique, une ambiance unique et des produits du terroir. Créé il y a vingt ans en région PACA, le label « Bistrots de Pays » désigne tous ces établissements ruraux, nichés dans des communes de moins de 2 000 habitants, possédant une identité particulière. Fort de son succès, ce label original a déjà été attribué à plus de 250 établissements, dans neuf régions différent est et organisé à travers 36 réseaux territorialisés. En Picardie, cette opération continue, avec de nouveaux concepts dans l’Aisne et dans l’Oise (lire encadrés). « J’ai eu ce label en 2011. Il me permet de montrer que je suis un bistrot à l’ancienne avec un esprit de famille, des produits frais et une cuisine picarde, témoigne Frédéri Louvet, gérant du Bistrot Au coin des Coutumes, à Allonne (Oise), et c’est ce que tout le monde recherche aujourd’hui ». Chaque CCI labellise les bistrots et fait un audit chaque année pour renouveler, ou non, ce label. « Il y a des critères d’éligibilité mais aussi une charte à respecter. Nous leur fournissons ensuite des documentations sur les alentours, des sets de tables avec la carte des différents bistrots de pays et un présentoir. Des formations sont aussi proposés comme la caféologie dans le but de les faire évoluer », développe Amandine Hurtel, en charge du label, à la CCI de l’Oise. Ce label est aussi un moyen de valoriser l’artisanat local et certains endroits éloignés dont on n’imaginerait pas les délices…