VERH : et si recruter dans la chimie verte était simple ?

Publié dans le numéro 3518 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Nabil Achik compte évoluer dans le secteur de la chimie verte.

Nabil Achik compte évoluer dans le secteur de la chimie verte.

La chimie verte, ou la valorisation des matières agricoles en vue de fabriquer des produits non toxiques, c’est l’un des grands axes majeurs d’innovation et l’une des solutions d’avenir en Picardie, et plus largement en Europe. De nombreux acteurs agro-industriels se sont spécialisés dans ce secteur d’activité. Aujourd’hui, la Picardie mise sur les agro-ressources et le développement de la bioraffinerie, avec déjà des plates-formes et des instituts installés dans la région.
Dans ce contexte, Nabil Achik a décidé de se diversifier et d’aider les structures, issue de la chimie végétale, à recruter des profils, aussi bien pour la technique que pour la recherche et de développement, avec son concept VERH (pour Valorisation et ressources humaines), un produit de RH Adéquation. « Le concept est le même que RH Adéquation, puisque je m’occupe de recruter un profil de cadre particulier pour une entreprise, de la rédaction de l’annonce au recrutement final, mais là, l’activité est dédiée à la chimie végétale », explique l’entrepreneur. Nabil Achik n’a pas choisi ce secteur au hasard. Même s’il le qualifie de « secteur qui a de l’avenir », c’est avant tout parce que ce domaine l’intéresse. C’est pourtant presque par hasard que le jeune homme l’a découvert. À force de rencontres et de recherches, il connaît aujourd’hui les métiers de la biochimie et toutes ses particularités.

L’humain au coeur du projet
Comme pour RH Adéquation, Nabil Achik suit une ligne de recrutement basée sur l’échange et l’écoute où l’humain a une place primordiale. « Quand je recrute, je discute sans mettre sous pression le candidat. Et quand je m’aperçois que le candidat n’est pas fait pour le poste en question, je le conseille pour ses recherches futures, par exemple », confie-t-il. Du côté des critères, Nabil porte certes son attention sur les compétences du candidat, mais il fait primer le savoir-être, le savoir-faire, et le savoir : « Je me suis spécialisé dans le profil cadre et généralement ces profils possèdent quasiment les mêmes compétences. Ce qui va les différencier, c’est leur attitude et leur caractère. » Le jeune recruteur intervient généralement dans les PME qui ne possèdent pas de service de recrutement ou qui cherchent des profils très spécifiques. Nabil Achik possède un réseau et un carnet de profils conséquents. « Je peux donc être réactif car je possède déjà une base de données avec une centaine de candidats. Je choisis donc parmi les profils qui correspondent le mieux », précise-t-il. Pour encore plus de réactivité, il a noué des partenariats avec les instituts, comme l’Ecole supérieure de chimie organique et minérale (ESCOM) de Compiègne et l’Institut Lasalle de Beauvais, pour trouver les futures graines de la chimie verte…