Un rendez-vous pour survivre

Publié dans le numéro 3517 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Un avocat, un expert-comptable/ commissaire aux comptes et un ancien juge de Tribunal de commerce : le CIP, c’est la prise en charge de la problématique de l’entrepreneur en trois dimensions.

Un avocat, un expert-comptable/ commissaire aux comptes et un ancien juge de Tribunal de commerce : le CIP, c’est la prise en charge de la problématique de l’entrepreneur en trois dimensions.

La première cause de disparition des entreprises est sans doute la méconnaissance des dispositifs existants en matière de prévention des difficultés », estime le président de la chambre de commerce et d’industrie de l’Oise Philippe Enjolras. C’est pour donner aux dirigeants toutes les informations utiles, dès l’apparition des premiers signes inquiétants, que la CCI a souhaité que les professionnels impliqués en matière de prévention, experts comptables, commissaires aux comptes et avocats, allient leurs compétences avec celles d’anciens juges au Tribunal de commerce au sein d’un CIP. C’est ainsi que le CIP de l’Oise Beauvais vient d’être créé à l’initiative de la CCI Oise et du Tribunal de commerce de Beauvais, l’Association des magistrats du Tribunal de commerce de Beauvais, l’Ordre des avocats, la Compagnie régionale des commissaires aux comptes, le Conseil régional de l’ordre des experts comptables de Picardie-Ardennes et la Chambre de métiers et de l’artisanat de l’Oise, en présence des représentants de l’ensemble de ces structures.

Rompre l’isolement
« C’est une chance pour les commerçants et les entrepreneurs de pouvoir bénéficier des conseils des hommes du chiffre et du droit, de façon anonyme, confidentielle et gratuite, sur simple rendez-vous, plaide le président du Tribunal de commerce de Beauvais François Delhaye. Le chef d’entreprise peut ensuite se positionner clairement, et faire lui-même son diagnostic », poursuit-il. « Au cours de notre mission de commissariat aux comptes, nous avons le devoir d’attirer fortement l’attention du dirigeant en cas de difficultés, dans le cadre d’une procédure d’alerte. Mais souvent, le chef d’entreprise ne sait pas vers qui se tourner, car quand une entreprise rencontre des difficultés, son entourage se vide », affirme quant à lui le président de la Compagnie régionale des commissaires aux comptes Christian Delie. Qui s’engage « à promouvoir activement le dispositif » comme celui du Conseil régional de l’ordre des experts comptables de Picardie-Ardennes Eric Van de Portal. « L’entrepreneur oublie trop souvent que son premier conseil, c’est son avocat. Le rôle du CIP, c’est aussi de dédramatiser la situation, d’informer, d’orienter, de permettre de mettre en oeuvre un processus pour préserver l’entreprise », renchérit le bâtonnier de Beauvais Jean-François de La Servette.

Proximité
« Un CIP a été créé récemment dans l’Aisne où il remplit très bien son office. Pour nos petits artisans, très directement concernés, c’est une aide appréciable », ajoutait Zéphyrin Legendre, président de la Chambre de métiers et de l’artisanat de l’Oise, espérant que le dispositif pourra bientôt s’étendre sur l’ensemble du département. Car c’est bien un service de proximité que la CCI veut offrir en hébergeant le CIP pour ses rendez-vous. Pour l’heure à Beauvais, bientôt sans doute dans les autres locaux consulaires à Nogent-sur-Oise et Compiègne, au plus près des entreprises et de leurs réalités, parfois difficiles…