Relever le défi de la modernisation du réseau

Publié dans le numéro 3516 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Un investissement de 1,5 million d’euros pour cet ouvrage.

Un investissement de 1,5 million d’euros pour cet ouvrage.

Du 19 avril au 11 mai, en raison de travaux, la circulation des trains a été totalement interrompue sur plusieurs axes de l’étoile d’Amiens. L’objectif de ces chantiers est de garantir la sécurité et le confort des circulations ferroviaires ainsi que le niveau de performance et de service de l’infrastructure. Parmi les travaux concernés, le remplacement des tabliers du pont rail de la rue René et Marcelle Sobo à Amiens. Construit dans les années 30, il supporte actuellement quatre voies principales électrifiées permettant le passage des trains Amiens–Paris, Amiens–Lille, Amiens– Laon et Amiens–St Quentin. « Les tabliers actuels, partie du pont supportant les voies ferrées au-dessus de la rue, doivent être remplacés comptetenu des sollicitations journalières auxquelles ils sont soumis, plus de deux cents trains par jour », rappelle Jean- Yves Dareaud, responsable communication de Réseau Ferré de France Nord- Pas-de-Calais Picardie. La visite de chantier, ouverte à la presse, a permis de voir de plus près les opérations de dépose des tabliers actuels. Cette opération, réalisée en milieu urbain dense, nécessite l’utilisation de moyens techniques particuliers, dont une grue routière d’une puissance d’une centaine de tonnes. Outre l’ouvrage de la rue René et Marcelle Sobo, un autre ouvrage sur Longueau, secteur de la Canardière, est également concerné. Pour ces travaux, Réseau ferré de France investit 5,2 millions d’euros sur fonds propres.

Un savoir-faire picard

Le grand programme de rénovation du réseau 2014-2020, consiste donc à moderniser et à renouveler un réseau vieillissant alors que le trafic ne cesse de croître sur l’ensemble du réseau et notamment sur les lignes régionales. Dans les faits, ce défi se traduit au niveau national par la mise en oeuvre de plus de 1 000 chantiers, notamment sur les axes les plus circulés du réseau tout en continuant d’assurer un trafic de qualité pour les voyageurs du quotidien. En 2014, la modernisation du réseau picard se traduira par un investissement de plus de cent millions d’euros par RFF. Sur les six chantiers principaux qui représentent à eux seuls plus de 80 millions d’euros, plusieurs chantiers de renouvellement d’aiguillages, voies et ballast sont programmés pour l’année 2014 en Picardie. « Deux établissements SNCF en France fabriquent ces aiguillages dont un situé à Chambly dans l’Oise qui fournit nos chantiers. Cette usine de réparation et de fabrication de matériel ferroviaire est l’une des plus importantes d’Europe. Elle fabrique des aiguillages ainsi que des longs rails soudés de près de 300 mètres de long qui fournissent les chantiers de toute la France et notamment des deux lignes nouvelles à grande vitesse Tours-Bordeaux et Le Mans-Rennes », conclut Fabienne Duclos, de la direction communication SNCF Picardie.