Les bibliothèques picardes à l’ère du numérique

Publié dans le numéro 3517 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Et si l’avenir de la lecture, et des lieux qui l’accueillent, résidait dans le numérique ? C’est ce qu’ont en tout cas constaté les différentes bibliothèques départementales de Picardie. Alors que le numérique et les nouvelles technologies révolutionnent tous les secteurs d’activités, il va moderniser, et modernise déjà, les bibliothèques de la région. Liseuses, tablettes, collections numériques… de nombreux outils changent les rapports aux livres et à leur consommation. Aujourd’hui, en Picardie, 74% des bibliothèques desservent des communes de moins de 10 000 habitants, faisant de la région l’une des plus rurales de France. Par ailleurs, il est d’autant plus utile de connecter ces lieux car les bibliothèques municipales sont les premiers partenaires de la Drac Picardie. « Nous avons signé, avec le ministère de la culture et de la communication, le contrat territoire lecture, explique Nicole Phoyu- Yedid, directrice de la Drac Picardie, le but est d’intégrer le numérique selon les problématiques de chaque département. » Même si l’intégration du numérique est incontournable, la question centrale est plus complexe : quels outils et quelles ressources fait-il adopter ? Dans quel but et pour quels territoires ?

Le numérique arrive doucement dans l’Aisne

En matière de numérique dans les bibliothèques, le département de l’Aisne en est qu’aux prémices. « Nous n’avons pas de service numérique et pas de compétences, note Laëtitia Bontan, directrice de la bibliothèque départementale axonaise, donc nous en sommes à l’étape de sensibilisation, où nous avons intégré l’outil numérique dans certains établissements et organisons des formations pour les bibliothécaires. » Pour commencer cette intégration, le département a fait le choix de l’autoformation en proposant un nouveau service de ressources de formations à distance, actuellement en phase de test. Certaines bibliothèques, en partenariat avec des écoles, proposent aux adhérents les logiciels “Maxicours” et “Tout Apprendre”, en libre service. « Notre problématique est de capter les usagers et de les inciter à utiliser ces outils mais surtout à pérenniser leur utilisation. Pour cela, il faut des moyens humains, ce que nous n’avons pas actuellement », continue la directrice. Pour l’heure, la bibliothèque départementale n’a pas encore intégré d’offre numérique mais elle se fera en fonction des résultats de la phase test.

Médiathèque numérique dans la Somme

Dans la Somme, la situation est tout autre. Voilà trois ans que la bibliothèque départementale a adopté le numérique, en créant, en 2011, un site web complet pour mutualiser les informations et les ressources. « C’était pour nous la priorité. Si nous voulions développer une offre numérique, il fallait qu’elle soit accessible et surtout visible par tous, explique Céline Meneghin, directrice de la bibliothèque départementale de la Somme, actuellement nous alimentons le site en permanence. » Aujourd’hui, l’offre numérique a évolué : désormais, une médiathèque numérique est en ligne, proposant une collection de livres numériques ainsi qu’un service de vidéos à la demande. « Nous allons continuer cette offre et la développer davantage car nous avons constaté que 60% des utilisateurs sont fidèles et utilisent régulièrement cette ressource », confie Céline Meneghin. Le département ne compte cependant pas en rester là. Après la création d’une gamme numérique “jeunesse”, des tablettes tactiles vont être prêtées aux bibliothèques du réseau, d’ici juin. Le but ? « Lutter contre la fracture numérique et être des lieux qui proposons une offre numérique pour tous », affirme la directrice. En 2015, des ressources de formations à distance seront également proposées.

L’Oise : le numérique en plein essor

Du côté de l’Oise, le département mène depuis deux ans une politique de développement du numérique, sur tout son territoire et par diverses actions. Pour les bibliothèques municipales, le but est d’informatiser les 256 établissements de son réseau, d’ici 2015 (50% d’entre eux le sont déjà). Alors que la presse en ligne (via l’application “Le Kiosque”) et les formations à distance (via “Tout Apprendre”) sont déjà développées depuis deux ans, la bibliothèque départementale a développé un service original, de jeux vidéo. Chaque année, le département prête tout le matériel nécessaire à quelques bibliothèques pour proposer cette offre au public. « C’est un support attractif qui ne touche pas que les jeunes, note Dominique Mazaleyrat, directrice de la médiathèque de Compiègne, il favorise l’échange et la convivialité. Notre but est que chaque bibliothèque pérennise ce service en achetant son propre matériel. » La prochaine étape du développement du numérique dans l’Oise va résider dans l’introduction progressive de tablettes tactiles et de liseuses pour élargir les usages et les ressources. « L’introduction du numérique est primordiale dans ces lieux et cela permet de faire diminuer les inégalités entre les territoires, et de créer une dynamique. Mais il faut trouver un modèle économique fiable, ce qui n’est aujourd’hui pas le cas », conclut la directrice.