Encourager l’emploi des personnes handicapées dans la fonction publique

Publié dans le numéro 3516 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Jean-François Cordet lance le pacte territorial pour l’emploi des personnes handicapées dans la fonction publique.

Jean-François Cordet lance le pacte territorial pour l’emploi des personnes handicapées dans la fonction publique.

À l’issue de la Conférence nationale du handicap de 2008, un pacte national sur l’emploi des personnes handicapées a vu le jour. Le fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) a souhaité décliner ce pacte au plan régional. L’objectif ? Mettre en relation les employeurs publics afin qu’ils partagent leurs initiatives et mutualisent leurs expériences. « Les employeurs d’au moins 20 salariés ont l’obligation légale d’employer 6% de personnes handicapées. Or, aujourd’hui, beaucoup préfèrent payer la contribution plutôt que d’embaucher. Il y a un blocage psychologique par rapport au handicap car il est mal connu », déclare Guillaume L’Huillier, délégué interrégional handicap du FIPHFP. Le taux d’emploi des personnes handicapées dans la fonction publique en Picardie est de 4,39%. Cette moyenne régionale reste donc comme le rappelle Jean-François Cordet, « inférieure à l’objectif fixé par le législateur de 6%. »

Mutualiser et structurer

Le pacte doit favoriser l’insertion professionnelle et le maintien dans l’emploi. « L’objectif principal est de communiquer afin de montrer aux employeurs qu’il est tout à fait possible de recruter, souligne Guillaume L’Huillier. Ce pacte triennal est opérationnel depuis le 1er janvier 2014 en Picardie. Il est porté en région par le Centre régional d’études, d’actions et d’information (CREAI) de Picardie. Quelques établissements se sont déjà engagés dans la démarche défendue par le pacte, à l’exemple du centre hospitalier d’Abbeville, qui a signé une convention pluriannuelle avec le FIPHFP. « Le but est de mener une véritable politique du handicap dans une double dynamique : recrutement et maintien de l’emploi. La signature de cette convention nous a permis de structurer notre démarche. Nous avons également obtenu en amont des financements pour nous permettre de mettre en oeuvre notre programme. Nous espérons ainsi atteindre les 6% de recrutement d’ici à 2015 », déclare Céline Chevalier, adjoint des cadres au CH Abbeville. Afin d’illustrer l’intégration professionnelle des personnes handicapées et l’aménagement de leur poste de travail, Laurent Marzec, conseiller animation sportif à la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) a témoigné de son parcours : « Pour obtenir le poste que j’occupe actuellement et cela depuis trois ans et demi, j’ai passé un entretien au ministère puis avec le directeur de la DRJSCS. Souffrant d’un handicap moteur, un aménagement de poste était nécessaire. Un diagnostic a été réalisé dans ce but. Pour mes déplacements, je dispose d’une voiture adaptée mais dont je n’ai pas l’usufruit exclusif. L’objectif de ces aménagements est de gommer l’inégalité physique. Il s’agit de la responsabilité de l’employeur. L’intégration au sein de l’équipe, c’est autre chose. Au début, il peut y avoir de la gêne liée à un manque de connaissance sur les situations de handicap. C’est alors de la responsabilité de la personne handicapée de mettre à l’aise. Pour ma part, tout s’est très bien passé. »