Naissance “Des elles pour toutes”

Publié dans le numéro 3513 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Lancement du réseau de femmes “Des elles pour toutes” devant des représentantes d’entreprises, associations et collectivités locales.

Lancement du réseau de femmes “Des elles pour toutes” devant des représentantes d’entreprises, associations et collectivités locales.

Pour la naissance du réseau de femmes cadres, elle étaient une cinquantaine de la Caisse d’Épargne Picardie, membres du directoire et du comité de direction, ainsi que des représentantes d’entreprises, associations et institutions régionales à se réunir au siège de la Caisse d’Épargne Picardie, à Amiens, pour le lancement officiel du réseau de femmes “Des elles pour toutes”. Cela en présence de Nicole Etchegoinberry, présidente du directoire de la Caisse d’Épargne Loire- Centre et présidente de l’association “Les Elles de BPCE”. Le réseau “Des elles pour toutes” a pour ambition de favoriser la mixité du management et la promotion des femmes dans des fonctions de responsabilité, en menant des actions de réflexion et de sensibilisation des femmes et des managers de la Caisse d’Épargne Picardie.
« Il s’agit aussi de permettre aux femmes de la Caisse d’Épargne Picardie de participer à un réseau d’échange local qui réunit des femmes ayant des expériences et des profils différents pour favoriser leur développement professionnel et personnel et d’apporter une contribution indépendante à la réflexion menée par l’entreprise dans sa politique de mixité », explique Fabienne Chauvet, directrice des affaires générales à la Caisse d’Épargne Picardie.

« Pas de réunions Tupperware »
Ce réseau picard permettra également aux femmes de la Caisse d’Épargne Picardie de bénéf icier du réseau national. S’adressant en un premier temps aux collaboratrices de l’entreprise, le réseau “Des elles pour toutes” est ouvert aux réseaux féminins picards. Laurent Roubin, président du directoire de la Caisse d’Épargne Picardie a salué et encouragé cette initiative : « Ce réseau c’est un début avec une vraie conviction, celle de créer les conditions de la réussite et de la diversité dans le monde de l’entreprise qui est la clé de voute. De quoi créer plus de créativité dans l’entreprise et un meilleur équilibre dans notre société. La France a encore du retard dans ce domaine, mais beaucoup moins que l’Allemagne. Il faut traverser les niveaux hiérarchiques, casser les codes et promouvoir les échanges transversaux. »
La banque régionale qui compte 40% de femmes cadres contre 33% en 2011. « Malgré les atouts des femmes, nous n’arriverons à une réelle mixité que si nous impliquons les hommes. Il ne faut pas se voiler la face, le pouvoir est principalement aux hommes. Il faut aussi du changement dans le cercle familial et des tâches ménagères. La société évolue, la famille aussi. Beaucoup plus de couples sont biactifs », observe Marie-Claire Simonin, directrice des risques. Les membres du réseau se sont déjà mises au travail. Préparation d’un questionnaire sur les parcours et les attentes de ces dames, définition d’un plan d’actions d’ici l’été. « Nous allons notamment travailler sur les représentations et les changements de postures. Comment concilier vie professionnelle et vie personnelle, annonce Nathalie Blériot, directrice de région commerciale. Puis, nous partagerons le fruit de nos réflexions avec les plus jeunes générations sous forme de réunions dans toute la région et qui n’ont rien à voir avec des réunions Tupperware. »