Internet, la solution pour les commerces de proximité ?

Publié dans le numéro 3514 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

(de g. à d.) Bruno Massiet du Biest, Caroline Cayeux, Jean-Pierre de Kerraoul et Henri de Maublanc, président et fondateur du groupe Aquarelle.

(de g. à d.) Bruno Massiet du Biest, Caroline Cayeux, Jean-Pierre de Kerraoul et Henri de Maublanc, président et fondateur du groupe Aquarelle.

Organisée par la communauté de communes du Beauvaisis, et accueillie à Beauvais, cette conférence a permis de rappeler l’évolution de la consommation de ces vingt dernières années ainsi que les transformations majeures de la société française, face à des commerçants beauvaisiens inquiets de perdre des clients. Une des raisons de cette perte est la consommation sur Internet. On ne se déplace plus pour acheter ses vêtements, ses chaussures, ses livres, ses voyages mais on les achète devant un écran, en quelques clics. Même si la part de marché de vente par Internet ne représente que 5%, pour Caroline Cayeux, sénateur-maire de Beauvais, « il faut préparer l’avenir ». Cette prévention est d’autant plus urgente qu’il est prévu une ascension fulgurante de l’e-commerce dans les cinq prochaines années, avec un chiffre d’affaire qui va plus que doubler.
Mais la question est : comment ? Alors qu’il y a vingt ans, la logique commerciale était d’attendre le consommateur, avec une conception et une fabrication centralisées, aujourd’hui, et après être passé par la mondialisation il y a dix ans, la logique est tout autre. « C’est un système de réseau créé par les consommateurs, Jean-Pierre de Kerraoul, président de Sogemedia, ce qui a provoqué l’explosion de l’e-commerce. La tendance aujourd’hui est au-à la recherche sur mesure et de la qualité. Les commerçants de proximité ont tout à gagner.»
Une application pour les commerçants
La réponse réside donc dans cette tendance. Le consommateur est de plus en plus en sensible à l’origine du produit et à sa qualité. Dans ce sens, Internet ne serait plus un ennemi mais au contraire, un grand ami aux commerces de proximité. La ville de Beauvais va bientôt tester une nouvelle application, Plyce, lancé par Bruno Massiet du Biest, fondateur en 2006 de “118 218, le Numéro”. Cette application mobile est basée sur la géolocalisation : un consommateur, qui possède Plyce sur son smartphone, pourra apercevoir les commerces proposant des promotions, aux alentours de sa situation géographique. Pour se faire connaître, Plyce a signé de nombreux partenariats avec de grandes marques mais aussi avec les réseaux sociaux, qui géolocaliseraient également les offres des commerces. Du côté des commerçants, ils doivent payer un abonnement mensuel (le prix n’est pas réellement fixé mais resterait inférieur à 100 euros) pour avoir le droit de diffuser douze offres par an, avec quelques autres services. « Le but de ce système est de faire venir les consommateurs dans les commerces grâce à des promotions. Les clients potentiels recevront des notifications pour être au courant », explique Bruno Massiet du Biest. De nombreuses questions demeurent, comme le retour d’investissement notamment avec les promotions lancées, dont certains commerces ne peuvent se permettre de faire souvent, la gestion des offres dans l’application pour les clients et la connaissance de cette application…