Un Pôle de coopération économique dans l’Oise

Publié dans le numéro 3508 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

« Ce qui paraissait utopique et marginal il y a encore dix ans fait exemple aujourd’hui », se félicite le président de la MES Rachid Cherfaoui, félicité par les ministres avec sa directrice générale Nadine Patrelle.

« Ce qui paraissait utopique et marginal il y a encore dix ans fait exemple aujourd’hui », se félicite le président de la MES Rachid Cherfaoui, félicité par les ministres avec sa directrice générale Nadine Patrelle.

C’est une belle reconnaissance : la Maison d’économie solidaire (MES) du Pays de Bray, basée à La Chapelle-aux-Pots, vient de remporter un appel à projets national pour le développement des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE). Les 23 lauréats ont été reçus début janvier à Paris par Cécile Duflot, ministre de l’égalité des territoires et du logement, François Lamy, ministre délégué chargé de la ville et Benoît Hamon, ministre délégué chargé de l’économie sociale et solidaire et de la consommation. Au total, une enveloppe de 3 millions d’euros portée par les trois ministères et la Caisse des dépôts sur trois ans, qui permettra la création ou le développement de ces pôles, parmi lesquels la MES du Pays de Bray.

Une suite logique
Une belle reconnaissance certes, mais dans la droite ligne du développement de la structure conduit depuis plus de vingt ans par son président Rachid Cherfaoui : l’association intermédiaire de lutte contre l’exclusion Pays de Bray emploi (PBE) fondée en 1990 et l’association Chantiers Nature (1992) sont rejointes par les Ateliers et chantiers d’insertion du Bray (ACIB) et Pays de Bray services (PBS) pour constituer en 2004 la Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) Maison d’économie solidaire (MES). Aujourd’hui élargie avec la Recyclerie (2007) et l’association spécialisée dans l’écoconstruction, le Sens du Bray (2011), la MES représente 145 équivalents temps plein et un chiffre d’affaires globalisé de plus de 4 millions d’euros. « Le rapprochement et la mutualisation engendrés par la constitution de la SCIC engagent l’ensemble de ses structures à se rapprocher d’autres acteurs locaux dans une logique de projets structurants destinés à dynamiser le territoire et à favoriser la création d’un bassin de solidarité économique », explique Rachid Cherfaoui : dans le cadre de son projet territorial de développement “Demain, le Pays de Bray”, la MES fédère ainsi de nombreux acteurs, privés et publics, personnes physiques et morales, associatifs ou entrepreneuriaux, pour « construire collectivement à la fois les conditions d’émergences et les activités pertinentes pour ce territoire ».

« Synergies innovantes »
« Notre objectif est de créer des synergies innovantes de partenariats formalisés, dans une perspective de pérennisation de notre démarche collective et de création d’activités économiques », poursuit le président, qui préconise une démarche “filière” privilégiant les métiers verts et les métiers de service. L’axe éco-activités comprendra un partenariat étroit avec les artisans et leur chambre consulaire, pouvant conduire notamment à la création d’une pépinière d’entreprises artisanales centrée sur les techniques écologiques. En matière de services de proximité, les interventions seront déployées sur un territoire élargi en partenariat avec les structures locales. Une plate-forme de formation aux métiers de services pourrait être mise en place en collaboration avec l’INFA (centre de formation) de Beauvais et de nouvelles prestations proposées, crèche écologique ou conciergerie. Pour accompagner toujours davantage les publics prioritaires dans leur retour à l’emploi, tout en répondant à des besoins forts du territoire.