Pal’décap, spécialiste du verre

Publié dans le numéro 3507 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

L’aventure de Pal’décap a commencé à Bouttencourt en 2001. Tous les deux expérimentés dans le secteur verrier, Patricia Dimouchy et Patrice Crimet se lancent avec l’aide de l’association Compétences pour l’entreprise de Chépy dans l’aventure de la création d’entreprise. Ils choisissent alors de proposer un service de décapage de verre.

Tout type de verre

La spécialité de Pal’décap, dirigée par Patrice Crimet : restituer à ses clients un verre à l’état brut.

La spécialité de Pal’décap, dirigée par Patrice Crimet : restituer à ses clients un verre à l’état brut.

« On enlève tout ce qu’il y a sur le verre pour le restituer à l’état brut à nos clients, des entreprises verrières ou des sous-traitants, explique Patrice Crimet. Rendu à l’état brut, le verre peut être réutilisé, en le décorant de nouveau par exemple. Cela évite d’envoyer à la destruction les flacons et autres contenants, ce système s’avère plus économique. » Pal’décap travaille sur tout type de verre, du flacon à la grosse bouteille : « Nous avons ainsi traité des Nabuchodonosor, qui sont des bouteilles de champagne de 15 litres. » Une démarche synonyme aussi de développement durable pour les entreprises. Pal’décap décape le verre aussi avant un laquage, pour qu’il tienne plus facilement : « Au départ, nous avions deux clients, se rappelle Patrice Crimet. Aujourd’hui, nous travaillons avec tous les grands noms du secteur, en Picardie mais aussi à l’étranger, en Belgique, en Italie, en Allemagne. »

Pour artisans et particuliers
Outre les verriers, Pal’décap collabore aussi avec des parfumeurs, des laqueurs, des décorateurs… Suite à des demandes, l’entreprise a aussi développé une activité de décapage pour les artisans et les particuliers, qui a nécessité le recrutement d’un salarié. Ainsi, l’entreprise peut remettre à brut tout support : des volets en bois – il faut compter en moyenne 80 euros pour une paire -, des radiateurs, des pièces de voiture, des façades (brique, béton, pierre), des salles à manger, des cuisines, des lits en fer forgé, des coques de bateau, des jantes… « Nous utilisons la méthode de décapage par aérogommage et hydro-aérogommage totalement écologique et non polluante, précise Patrice Crimet. Ce qui nous permet d’intervenir sur des bâtiments historiques. Nous disposons de plusieurs minerais en fonction du support à nettoyer et des matières qui se trouvent dessus. La plupart du temps, les clients nous apportent les pièces à traiter mais nous nous déplaçons aussi sur les gros chantiers. »
Pour faire connaitre ce nouveau service, Pal’decap a créé un site Internet, a ouvert une page “J’aime” sur Facebook et distribue des dépliants auprès de ses potentiels clients.