Les chasses hydrauliques font leurs effets

Publié dans le numéro 3507 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La protection du port de Saint-Valery-sur- Somme est sur la bonne voie. Le conseil général a en effet décidé de poursuivre les chasses hydrauliques. Une troisième phase est en cours. Ces chasses, procédé naturel et économique pour le curage du chenal de navigation, permettent de repousser les sédiments en retenant artificiellement l’eau en amont dans le canal maritime de la Somme avant d’ouvrir l’écluse. Lorsque le niveau est assez élevé, l’ouverture contrôlée du barrage est réalisée. L’eau emporte les sédiments.

De l’efficacité des chasses
Cette troisième phase se poursuivra jusqu’en juin car l’efficacité du procédé provient de la répétition des chasses. Entre quatre et huit seront réalisées par mois. La première phase d’expérimentation des chasses hydrauliques a eu lieu en novembre 2012 à Saint-Valerysur- Somme. Un printemps dernier, une deuxième phase a montré l’efficacité des chasses, programmées selon les conditions climatiques, si elles sont régulières :

« Elles ont permis d’évacuer environ 145 000 m3 de sédiments dans le port de plaisance, explique Rolland Caron, directeur de la modernisation des infrastructures au conseil général de la Somme. Les usagers ont retrouvé un confort certain car le chenal était plus rectiligne. Il est vraiment très important de l’entretenir, car la baie de Somme, comme tous les estuaires se comblent. »

« Ces premiers tests s’avèrent prometteurs pour désenvaser les ports de Saint- Valery », se félicite l’engagé journaliste Jacques Gravand, sur son site :http://www.baie-de-sommelibre- de-sable.fr. Cette technique a déjà été utilisée au Mont-Saint-Michel, où les problématiques de dépôts de sédiments sont identiques, ainsi qu’au Crotoy, où un bassin de chasse a été construit en 1860 pour nettoyer, après chaque marée, une partie de la baie. Un bassin de chasses devrait voir le jour aussi au Hourdel. Une enquête publique devrait démarrer dans l’année.