L’économie décolle à l’aéroport

Publié dans le numéro 3507 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Pour les représentants des trois collectivités membres du SMABT, Caroline Cayeux, Yves Rome et Claude Gewerc, l’aéroport est la chance du territoire.

Pour les représentants des trois collectivités membres du SMABT, Caroline Cayeux, Yves Rome et Claude Gewerc, l’aéroport est la chance du territoire.

Dans une période où les motifs de satisfaction sur le plan économique ne sont pas légion, ils ne boudaient pas leur plaisir, les membres du Syndicat mixte de l’aéroport de Beauvais-Tillé (SMABT) : dans une belle unanimité, Caroline Cayeux, présidente de l’agglo du Beauvaisis, Claude Gewerc, président du conseil régional, et Yves Rome, président du conseil général et du SMABT se réjouissaient des résultats d’une étude menée par le Bureau d’informations et de prévisions économiques (BIPE) sur l’année 2012 et présentée par son responsable Pierre-Yves Savidan.

+ 41% de valeur ajoutée
Avec ses 3,83 millions de passagers en 2012 (3,95 en 2013), l’aéroport de Beauvais- Tillé est désormais le 8e aéroport de France, le 4e en nombre de destinations européennes. Prenant en compte les impacts direct (fournisseurs directs de biens et services aéroportuaires), indirect (consommations intermédiaires), induit (dépenses des employés directs et indirects) et catalytique (dépenses des visiteurs), le BIPE estime à 284 millions d’euros la valeur ajoutée globale de l’aéroport et 4 743 emplois en 2012, contre 257 millions d’euros et 4 712 emplois l’année précédente. Et c’est localement que ces chiffres augmentent le plus, avec une hausse de 41% de la valeur ajoutée (90,3 millions d’euros) et de 8% de l’emploi (1 236 emplois) sur le territoire Beauvais-Oise-Picardie. Un fort ancrage des employés directs est observé, avec 85% d’entre eux résidant dans l’Oise, dont un tiers sur l’agglo du Beauvaisis. L’étude s’attachait également à la provenance des usagers : si italiens et espagnols représentent la moitié du trafic, l’aéroport accueille une multitude de nationalités différentes, correspondant globalement aux destinations desservies. Les passagers français viennent à 48% d’Ile-de-France et à 15% de Picardie, le solde provenant majoritairement du nord et de l’ouest du pays. Seuls 8,2% des passagers s’arrêtent en Picardie : ils sont 49% à visiter Beauvais, 23% à se rendre au Parc Astérix et 21% à Amiens.

Meilleur taux d’emport de France
Grâce au low-cost, l’aéroport participe fortement à la démocratisation du transport aérien, avec 59% des passagers de moins de 35 ans, 52% d’employés, ouvriers ou étudiants et 56% qui voyagent pour leurs loisirs. « Quand nous avons créé ce syndicat en 2007, nous avions le double objectif de développer et protéger », expliquait Yves Rome. Et de rappeler les mesures prises pour préserver les communes environnantes : détournement des trajectoires, flotte récente réduisant le niveau sonore et aides à l’insonorisation. « Chaque riverain sous l’emprise du plan d’exposition au bruit percevait en moyenne 16 500 euros d’aide pour insonoriser son habitation, cette aide vient d’être augmentée de 5 000 euros », précisait le président. L’aéroport est également particulièrement avancé sur le plan environnemental, avec son service de transport en commun pour Paris emprunté par un passager sur deux, et un taux d’emport de 148 passagers par vol, le 1er de France !